Droits d'auteur des écrivains israéliens : 8 %, pas moins

Clément Solym - 11.06.2012

Edition - International - Israël - droits d'auteur - Benyamin Netanyahou


Les écrivains israéliens se réjouissent de l'adoption d'une loi portée par la ministre de la Culture et des Sports Limor Livnat, qui interdit les rabais sur les prix des livres pendant les 18 premiers mois suivants leur parution, et fixe un palier minimum pour les droits d'auteurs : 8 % pour les 6000 premiers exemplaires vendus, et 10 % une fois ce seuil dépassé.


« Je pense que cette loi permettra au public israélien de bénéficier d'une littérature israélienne en hébreu, de qualité et diversifiée. Cela n'est possible que si les écrivains et les poètes reçoivent une juste rémunération pour leur travail » a expliqué la ministre alors que sa proposition recevait 13 suffrages favorables contre 3 défavorables au conseil des Ministres.

 

Steimatzky Bookstore

Une librairie Steimatzky

 

La proposition est désormais en route pour le Knesset, le Parlement de l'État d'Israël, où elle a de grandes chances d'être adoptée étant donné le soutien explicite du gouvernement. Benyamin Netanyahou, le Premier Ministre, a déclaré : « C'est une mission délicate car la base économique de la nation hébreu est fragile, et dépend de quelques millions de personnes. C'est vrai aussi en Norvège, en Suède, au Danemark, et même dans de grands pays comme la France. Avec 60 millions d'habitants, et un énorme réservoir pour la francophonie, la France elle-même n'est pas assez solide pour faire face à ce problème. »

 

L'interdiction des rabais pendant les 18 mois suivants la publication d'un livre survient après une enquête qui a révélé que les deux premières chaînes de librairies du pays, Steimatzky et Tzomet Sfarim, profitaient largement des réductions sauvages. Les éditeurs ont également été rappelés à l'ordre, avec un droit d'auteur fixé à 8 % pour les 6000 premiers exemplaires, puis 10 % lorsque les ventes dépassent ce palier.


Plusieurs rapports ont été présentés par la ministre Limor Livnat, à l'occasion du mois de la Lecture et de la semaine du Livre : le nombre de lecteurs parmi la population israélienne a augmenté de 18,4 % par an sur les 4 dernières années. Parallèlement, une autre étude a montré que les Isréaliens disposant de hauts revenus lisent de plus en plus, tandis que les plus défavorisés, eux, voient leur accès aux livres réduit.


Mise à jour 09:28 le 12 juin : 


En marge de la conférence de presse présentant l'accord-cadre entre Google et le SNE, Antoine Gallimard s'est fécilité de ce que prochainement, Israël pourrait décider d'adopter le prix unique du livre. Ce dernier avait enfilé sa tunique et pris son bâton de pélerin en février 2011, pour défendre le prix unique du livre durant la Foire internationale du livre de Jérusalem, où sa maison d'édition était invitée d'honneur. 

 

« La loi Lang votée il y a trente ans a permis de sécuriser durablement notre secteur. Toute la chaîne du livre en a bénéficié », avait-il assuré. Et de rassurer par là même les éditeurs présents. Le pays examine en effet une législation similaire, et les éditeurs y sont largement favorables : « La loi sur le prix unique n'a pas bridé l'innovation commerciale. » (voir notre actualitté)




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.