medias

Droits numériques, marketing, auteurs : Jamie Raab, éditrice du futur

- 03.02.2012

Edition - Les maisons - Jamie Raab - Grand Central Publishing - Inteview


En ces temps passionnants pour le livre, l'interview d'une éditrice est toujours un exercice à suivre. D'autant plus que celle-ci s'appelle Jamie Raab et qu'elle travaille pour Grand Central Publishing. Anciennement Warner Books et racheté en 2006 par Hachette .

 

Interrogée par Jeff Rivera de GalleyCat, elle a défendu son point de vue sur les revenus des auteurs. Pour Jamie Raab, pas de compromis. Que le livre soit sous format numérique ou papier, l'auteur perçoit 25 % du prix de vente. « Nous avons une entreprise à faire tourner » répond-elle en guise d'introduction.

 

Mais pour autant, elle se rend bien compte qu'imposer un taux fixe aux auteurs peut être une limite pour certains. Elle explique : « je sais que tous les auteurs y pensent. Et il est nécessaire pour chaque éditeur de faire un meilleur travail que ce qui était fait auparavantIl faut être plus créatif dans le marketing des ebooks, travailler plus encore avec les auteurs, les garder dans le circuit. » Parce que oui, si Jamie Raab craint quelque chose, c'est bien que les auteurs décident d'emprunter leur propre voie, souvent tortueuse, pour être édité.

 

Couverture du Jurassic Park de Crichton par le designer Chipp Kidd

 

Pour elle, une solution : « il faut surtout publier de manière plus stratégique  ». C'est dans les innovations marketing que passent les marges issues des ventes d'ebooks. Et le marketing passe notamment par une amélioration du design des ebooks.

 

Ce en quoi L. Divine est totalement en accord avec Jamie Raab. « J'ai travaillé avec des éditeurs qui n'éditaient pas, dans le sens où tout l'aspect marketing était dû à mon propre travail de terrain ». Déçue, l'auteure de Drama High confirme que les éditeurs doivent renouveler leur métier pour se mettre davantage au service de l'écrivain. Et si cela était fait, nul doute que L. Divine accepterait de voir ses revenus équivalents en format papier ou numérique.

 

Mark Coker va même plus loin. Le fondateur de la plateforme de ventes d'ebooks Smashwords affirme que Jamie Raab a le comportement type de l'éditeur du futur parce qu'elle « et son équipe font pour les auteurs ce que justement ils sont incapables de faire pour eux-mêmes ».

 

Tous ne sont pourtant pas convaincus

 

Néanmoins, cette explication sur la nature et l'emploi des marges dues aux ventes de livres numériques n'est pas suffisante pour l'écrivain Seth Godin. « Les royalties sur les livres numériques devraient être revues à la hausse, pour une raison simple : il y a moins de coûts. Pas d'imprimerie, pas de distribution, pas de retour… ».

  

La totalité de l'interview disponible ici