Du Canada à la France, Harlequin voit la vie en numérique

Julien Helmlinger - 06.03.2014

Edition - Les maisons - Torstar - Harlequin - Maison d'édition


Les bilans du dernier trimestre 2013 de la maison-mère canadienne Torstar sont annoncés. Les revenus totaux pour ses divisions journaux et livres, incluant les titres publiés chez Harlequin dont les ventes furent quelque peu mitigées à Noël, ont reculé à 366,5 millions $. Ils sont en baisse de 7 % en comparaison à l'année précédente. Depuis 35 ans positionné sur le marché du roman féminin, terrain littéraire où la maison serait forte de 70 % de parts de marché, le label spécialiste de l'eau de rose entretient une dynamique d'innovation qui s'exprimera cette année par toujours davantage de développement de l'ebook.

 

 

 

 

Au quatrième trimestre 2013, le bilan de Torstar fait état de revenus propres à la division livres canadienne, qui auraient chuté, passant d'une année sur l'autre de près de 105 millions de dollars à environ 95 millions, pour un bénéfice d'exploitation également revu à la baisse, passé quant à lui de 14,8 millions de dollars à seulement 10,25 millions sur la période de comparaison.

 

Sur le territoire français, dès 2008, les Éditions Harlequin se sont lancées dans l'édition au format numérique. Un pari que la maison estime avoir réussi, tandis qu'elle aura vendu plus d'un million d'ebooks dans le pays au cours de l'année dernière. Des titres commercialisés chez tous les libraires numériques, comme par le biais d'applications mobiles dédiées.

 

Comme le rapporte un communiqué de presse, en 2013, le chiffre d'affaires de l'éditeur représenterait près de 30 millions d'euros en France. Il publierait globalement plus de 650 titres annuels sur le marché de l'Hexagone, avec un segment numérique comptant pour 14 % du chiffre d'affaires total de l'entreprise. Plus d'un million d'ebooks auront été vendus au cours de l'année, et 7 millions de livres.

La maison d'édition, en France comme outre-Atlantique, entend poursuivre en 2014 « une stratégie avant-gardiste » dont témoignerait notamment le lancement du label éditorial primo-numérique : HQN, l'an passé. Elle continuera à « chercher les ajustements nécessaires » pour réussir sur ce terrain dématérialisé et prévoit des résultats stables d'une année sur l'autre. Une stratégie qui sera adoptée par Harlequin sur les deux rives de l'océan.

 

L'éditeur de romance sera présent à l'occasion de son retour au Salon du Livre de Paris, qui se tiendra du 21 au 24 mars prochains. Au programme, il y aura des rencontres avec les auteurs et les éditeurs, qu'elles soient de dédicaces, thématiques ou plus originales, tandis que sera mis en avant l'un des thèmes du Salon : les lettres au féminin.