Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Durant ses années perdues, Shakespeare fut humble maître d'école

Clément Solym - 08.04.2013

Edition - International - Shakespeare - maître d'école - années perdues


Le barde britannique fait l'objet d'un authentique culte chez les universitaires d'outre-Manche. Et la dernière trouvaille des historiens de Titchfield, dans l'Hampshire, indiquerait que le dramaturge a passé trois années dans la ville, comme enseignant. Entre 1589 et 1592, il aurait été maître d'école pour la progéniture de l'élite locale, et dispensé son savoir... 

 

 

 

 

 

Des années de grande humilité financière pour le barde, rappelle Kevin Fraser, le président du Titchfield Festival Theatre, qui assure que durant cette période, il est clair que Shakespeare a travaillé comme instituteur. 

 

En effet, en recoupant des dédicaces - deux précisément - adressées à Henry Wriothesley, le comte de Shouthampton, qui possédait Titchfield Abbey, connu par la suite sous le nom Place House, les dates coïncideraient. Et la théorie voudrait que Shakespeare et Wriothesley auraient donc lié amitié durant cette période. 

 

Beaucoup de preuves complémentaires ont conduit les scientifiques à cette conclusion. « Je crois que cette histoire fantastique doit être racontée au monde entier », assure le président. Alors, finalement, quand Shakespeare écrivait 

 

the whining school-boy, with his satchel and shining morning face, creeping like snail unwillingly to school

 

finalement, il parlait peut-être d'une expérience amère, vécue... Le plus admiré des dramaturges de tous les temps, finalement réduit au rôle de modeste enseignant, cela a en effet quelque chose de révolutionnaire. Surtout en ajoutant qu'il aurait passé une partie de sa vie dans la ville de Titchfield, en plus de ses passages à Londres et Stratford. 

 

Ce qui est fameux, c'est que la question biographique autour de Shakespeare ne manque pas de toujours soulever d'infinies questions. Dernièrement, on l'avait même soupçonné d'être un redoutable homme d'affaires, adepte de la fraude fiscale :  

Les universitaires relatent : « Sur une période de 15 ans, il a acheté et stocké des céréales, du malt et de l'orge pour la revente à des prix gonflés à destination de commerçants voisins et locaux. [...] Il a poursuivi ceux qui n'ont pas (ou ne voulaient pas) lui payer en entier leur dû et utilisé les profits pour poursuivre ses propres activités de prêt d'argent. »

 Et le célèbre dramaturge se serait notamment fait poursuivre pour évasion fiscale, quelques siècles avant Amazon, et pour thésaurisation de grain en période de pénurie au cours de l'année 1598. En effet la période allant de la fin du 16e siècle au début du 17e correspond au « petit âge glaciaire », des temps où les mauvaises récoltes étaient causes de carences.

 

Le professeur Michael Dobson, directeur du Shakespeare Institute, basé à Stratford, estime que la ville devrait cependant réfléchir à deux fois avant de tenter de voler la couronne et les lauriers du barde à la ville de Stratford. 

 

« Les gens ont, depuis le XIXe siècle, spéculé pour tenter de savoir où Shakespeare avait passé son temps, lorsqu'il fut invité par le comte de Southampton. » Sauf qu'en 1592, quand le dramaturge arrive à Londres, il est déjà connu, avec une belle notoriété. « Je pense qu'il est très peu probable qu'il ait passé tout ce temps à la campagne », assure le professeur. 

 

La période de 1583 à 1592 est particulièrement mystérieuse, puisque le Barde a littéralement disparu des cartes à l'époque, et on ne retrouve trace de lui qu'à son retour à Londres en 1592. On a d'ailleurs qualifié d' « années perdues », cette période de flou biographique complet.