E-commerce : commentaires frauduleux, la croisade de Lefebvre

Clément Solym - 28.03.2011

Edition - Justice - lefebvre - commentaires - ecommerce


« Renforcer la protection des consommateurs en matière de vente à distance », quelle noble cause. Le 20 janvier 2010, l'Assemblée nationale adoptée en première lecture la loi proposée par différents députés, rapportée par Jean-Pierre Nicolas. (voir le texte de loi)

Or, manifestement, Frédéric Lefebvre est particulièrement motivé par l'instauration d'une loi sur le sujet. Il pourrait ainsi présenter un texte concernant le e-commerce, notamment. Citée par nos confrères de PCinpact, une source explique : « Sur le contenu, il reprend le texte de la proposition de loi sur la protection du consommateur qui avait été discutée à l'Assemblée nationale et qui attend patiemment au Sénat. »

Mauvaise presse chez cybermarchands


Or, il est également question de pouvoir contrôler les commentaires laissés sur les sites de e-commerce.

On connaît le principe, Amazon US fait régulièrement scandale pour n'avoir aucune maîtrise des commentaires laissés dans la section livre. Un auteur, particulièrement furieux avait ainsi dénoncé cette situation, réclamant « une intolérance sur la manipulation des données ». (notre actualitté)

À plusieurs reprises, le cybermarchand avait vu ses étals barbouillés de commentaires acerbes, visant à nuire à un auteur et fut contraint d'ouvrir une enquête après qu'une auteure, Rosie Alison, ait été massivement dénigrée. (notre actualitté)

« Mon idée est qu'Amazon, si l'auteur les contacte à ce sujet, sache prendre les mesures qui s'imposent pour retirer les commentaires de tiers, s'ils sont convaincus qu'ils n'ont pas été publiés de toute bonne foi », estimait Mark Le Fanu, alors secrétaire de la très anglaise Society of Authors.

Et légèrement en marge de la littérature

Pour le moment, le projet de loi vise les commentaires frauduleux, nous explique-t-on, notamment dans le domaine hôtelier.

En effet, des plaintes avaient jailli en pagaille contre TripAdvisor, dont les représentants du milieu hôtelier estimaient qu'il affichait des avis négatifs découlant d'un chantage. (voir Le journal du net) A la suite de quoi, le secrétaire d'État a demandé à la DGCCRF une enquête pour « identifier les prestataires de services et de marketing susceptibles de proposer des services de publication massive de faux avis ».

Or, en octobre 2009, Frédéric Lefebvre prêtait serment, comme avocat du barreau de Paris. Mais devenu secrétaire d'État il décide de renoncer à sa charge, comme l'annonçait un communiqué du ministère de l'Économie. Il avait ainsi « sollicité son omission du barreau de Paris, conformément aux dispositions de l'article 104 du décret du 27 novembre 1991 ».

Et ce, pour éviter de se mettre en position de conflit d'intérêts. Parce que parmi ses clients d'alors, il semblerait que l'on ait compté, justement, un groupement hôtelier...



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.