Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Ebook : Auteurs et traducteurs spoliés par les offres d'abonnements et de prêt

Clément Solym - 19.09.2017

Edition - Economie - abonnements ebooks prêt - auteurs éditeurs rémunération - revenus auteurs traducteurs


En musique, les offres de streaming ont longtemps fait pester les artistes. En cause, la trop faible rémunération perçue – alors que l’utilisateur se goinfre avidement de musique à foison. Si un premier accord avait été signé en juillet dernier en France, il fut rapidement contesté. Et dans le monde du livre ? Eh bien le modèle semble tout aussi problématique.


Kobo Aura One
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Le Snep, principal syndicat des producteurs français avait négocié un accord avec les grandes plateformes – Deezer, Spotify et consorts. Mais après la signature, les syndicats associés estimaient qu’il fallait faire mieux, et vite. « Ce texte doit immédiatement évoluer (...) Le contenu de l’accord n’est pas satisfaisant. Il ne constitue pas une réelle Garantie de rémunération minimale au sens de la loi et n’améliore pas ou trop peu la situation des artistes interprètes par rapport à ce qui existe aujourd’hui », expliquaient-ils dans un communiqué. 

 

Aux Pays-Bas, une étude menée sur les services d’abonnements et de prêts d’ebooks, auprès de 800 écrivains et traducteurs, vient de jeter le même type de pavé dans la mare. 

 

Des éditeurs pas assez consciencieux ?
 

La Lira, organisme de gestion collective, et l’association des auteurs Auteursbond, viennent en effet de mettre en évidence des données critiques. Suivant l’enquête menée par Kantar Public pour aux Pays-Bas, la plupart des auteurs et traducteurs ne recevraient pas la rémunération due dans le cadre de prêt d’ebook et des services d’abonnements.

Le problème ne serait d’ailleurs pas tant les services eux-mêmes, mais les éditeurs, qui n’opéreraient pas les renversements dus. Pour l’année 2016, les auteurs et traducteurs sollicités dans le cadre de cette étude affirment en effet n’avoir rien perçu. De multiples services sont ainsi mis en cause sont Library.nl, l'outil de prêt d’ebooks pour les bibliothèques, mais également les principales plateformes d’abonnement comme Bliyoo, Kobo Plus ou Bookchoice. 
 

Kobo Plus, un service d’abonnement ebook ouvert aux Pays-Bas et en Belgique 

 

Aucun de ces canaux n’aurait rapporté d’argent officiellement – mais surtout du fait qu’aucun accord entre auteurs et éditeurs n’a actuellement été signé. Un processus de négociation s’est mis en place pour assurer une plus grande transparence sur les montants perçus par les maisons, mais également pour négocier les rémunérations.

 

Ou des auteurs et traducteurs négligents ?
 

Le constat est relativement unanime : 583 auteurs et 237 traducteurs dont les ouvrages sont actuellement dans les catalogues de prêt et d’abonnement ont répondu au questionnaire proposé en mai dernier.

 

Dans les faits, les différences sont notables : 68 % d’auteurs n’avaient pas été payés pour le prêt d’ebook. De même, 55 % des auteurs et 70 des traducteurs n’avaient pas non plus reçu de compensation. Or, seuls 23 % des auteurs et 16 % des traducteurs ont mis en place des avenants à leurs contrats pour encadrer ces versements.

 

Concernant les offres d’abonnements, le constat est similaire : 54 % d’entre eux n’ont reçu aucune compensation financière, et seul un tiers a pris de dispositions contractuelles pour s’assurer d’une rémunération. D’ailleurs, 60 % des auteurs et 68 % des traducteurs ignorent sur quelles plateformes il est possible de retrouver leurs livres en abonnement – tout en sachant qu’il s’en trouve. Or, 59 % ne savent tout simplement pas que leurs livres sont disponibles sur ces plateformes. 

 

Tout n’est cependant pas noir : certains écrivains ont tout de même été rémunérés. Pour la location d’ebooks, les auteurs ont perçu entre 1 et 3356 € (sic !), avec une médiane à 45 € sur l’année. Pour les solutions d’abonnement, la rémunération oscille entre 1 € et 490 €. Pas vraiment de quoi assurer des jours paisibles avec ce nouveau modèle.

 

Signature prochaine d’un nouvel accord entre auteurs et éditeurs 

 

La question de la transparence dans la reddition de compte est au cœur des problématiques que l’on retrouve dans l’édition française. Et les discussions, elles aussi, continuent...

 

L’étude est présentée ci-dessous.
 




via eReaders