Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Ebooks bannis : O'Reilly Media rejoint la résistance contre Amazon

Clément Solym - 02.03.2012

Edition - Les maisons - Joe Wikert - Kindle - Amazon


Le directeur d'O'Reilly Media, maison d'édition spécialisée dans l'informatique, a annoncé sur son blog hier qu'il soutient à présent l'Independent Publishers Group (IPG), dont les ebooks ne sont plus disponibles à l'achat sur le site du cybermarchand, après refus d'un accord plus favorable à Amazon (notre actualitté).

  

« En quelques mois, je suis passé de fan à détracteur d'Amazon (...). J'avais choisi Amazon pour tous les ebooks jusqu'à présent, mais il est temps que mon portefeuille suive mes paroles » a déclaré Joe Wikert. 

 

Les tablettes, au détriment des lecteurs

 

Et Joe Wikert ne se contente pas de se détacher d'Amazon mais encourage les éditeurs à faire de même dans sa note Why I'm Breaking the Amazon Habit … And Why You Should, Too, conseillant par ailleurs l'usage de la tablette, plutôt que du lecteur ebook qui confine les achats aux produits de la marque choisie.


« Maintenant je possède cette superbe nouvelle tablette, Asus Transformer Prime, et je ne suis pas attaché à un seul distributeur d'ebooks », témoigne-t-il. « Il est temps d'acheter des ebooks sur bn.com, Kobo ou n'importe quel outil possédant une application de lecture Android ».

  

Usagers Kindle : dévoués malgré eux

 

Joe Wikert revient également sur plusieurs actes jugés répréhensibles de la part du cybermarchand, en dénonçant la manière dont Amazon tente de faire des usagers du Kindle des consommateurs exclusifs de produits Amazon.

 

Rappelez-vous, l'application Amazon Price Check, sortie en décembre 2011, permettant de comparer le prix d'un produit d'une boutique avec celui de son site Internet, et de bénéficier d'une remise si le consommateur décide d'acheter chez Amazon.

 

Ce dernier « avait-il vraiment besoin d'adopter une mesure si excessive et de donner un coup de poing dans l'œil aux lieux de ventes physiques en encourageant à la comparaison des prix le 9 décembre ? Et ce, après avoir bénéficié de prix avantageux pendant des années sur ces mêmes lieux de ventes physiques grâce à des accords fiscaux avec les États ou des détournements de la loi. »

 

Bibliothèque Kindle : « du vol »

 

Concernant la bibliothèque de prêts du Kindle du géant américain, Joe Wikert  estime que c'est tout simplement du vol, pour les éditeurs comme les auteurs : « les compensations pour la « majorité des titres » est sur une base de « rémunération fixe ». Je soutiens fortement le fait que ça devrait fonctionner sur un modèle sans plafond de rémunération au rendement similaire à ce que proposent Safari Books Online et Books24x7. »

 

Pour Denis Johnson de Melville House, pas de doute, O'Reilly Media est un précurseur des tendances du milieu de l'édition, en particulier sur les développements technologiques. Un signe très probable des temps à venir, qui sent mauvais pour Amazon.