Ebooks : de l'influence du prix sur la vente

Clément Solym - 16.05.2011

Edition - Economie - dan - lubart - prix


Dan Lubart, directeur de l’agence spécialisée en stratégie informatique Lobyte Solution, présente chaque semaine sur son blog, les résultats de ses enquêtes sur les systèmes de vente en cours chez les détaillants qui font le plus de chiffre, qu'il réalise dans le but d’aider les éditeurs à identifier et comprendre le modèle émergeant.

Car s’il est difficile de se faire une idée de l’état du marché de l’ebook en ce moment. Il est plus difficile encore, pour les éditeurs (non-français), de fixer un prix sur les produits numériques qu’ils proposent.

Après avoir étudié les prix des différents livres numériques disponibles sur Kindle la semaine dernière, Dan Lubart a choisi un livre parmi les bestsellers et a analysé l’évolution de son prix en fonction des ventes au jour le jour, depuis le début de l’année 2011.


Le parcours d'un livre

Il a donc observé que la version numérique d’American Assassin de Vince Flynn publié aux éditions Simon & Schuster, se vendait 12,99 dollars le 1er janvier 2011, lorsque l’étude à commencé.

Progressivement dans le courant du mois, sa popularité a chuté et il est passé du 22eme rang au 53eme dans la liste des meilleures ventes. Suite à quoi le prix a été largement baissé pendant une semaine où le livre s’est vendu 8,99 dollars, afin d’augmenter les ventes.

Cette stratégie a été efficace puisqu’American Assassin est remonté à la 33eme place dans la liste des meilleures ventes et s’est maintenu au dessus de la 40eme position jusqu’à la fin de la promotion, le 17 janvier. Alors, au lieu de retrouver le prix initial, le prix du livre a été fixé à 14,99 dollars et après une brusque chute à la 75e position, les ventes ont repris leur courbe décroissante normale.


Pas cher ? on achète. Cher ? on achète aussi.

Ce que Dan Lubart nous fait remarquer, c’est que le classement du livre à repris sa tendance d’origine après une augmentation des ventes d’une semaine générée par la promotion. Prouvant que si un prix bas motive les ventes, un prix haut ne les démotive pas de façon notable. On peut donc supposer qu’en fixant un prix très élevé dès le début, les ventes d’American Assassin auraient été plus fructueuses.

D’autre part, l’analyse montre que, lorsqu’il était à son prix le plus bas, les ventes du livre étaient stables et non décroissantes. On peut donc supposer que, vendu dès le départ à 8,99 dollars, American Assassin aurait pu maintenir durablement une bonne position dans la liste des meilleures ventes.

En conclusion, pour en tirer le meilleur profit, il faut fixer le prix du livre numérique soit très haut, soit très bas mais éviter les intermédiaires ainsi que les changements de prix à répétition. (via Digital Book World)