Ebooks : Les habitudes de lecture changent, les lecteurs aussi

Clément Solym - 08.10.2013

Edition - International - habitudes de lecture - lecteurs - changements


Le magazine USA Today vient de présenter un sondage réalisé avec Bookish, site web qui entend proposer des conseils de lectures aux internautes, 40 % des adultes et plus encore, 46 % des 18/39 ans, ont leur propre lecteur ebook, ou leur tablette. Soit deux fois les chiffres présentés voilà moins de deux ans. Une croissance qui donne un vertige, tout relatif.

 

 

 Spring Read

chefranden, CC BY 2.0

 

 

Les dispositifs de lecture sont très populaires parmi les jeunes diplômés sortant d'université, 60 % d'entre eux ont leur machine, et ceux dont les revenus annuels sont supérieurs ou égaux  à 75.000 $ - 62 %. C'est qu'acheter une tablette coûte encore un peu d'argent, et nécessite, par la suite, quelques investissements en termes de livres. 

 

Dans le sondage, on apprenait également que 35 % des personnes avec un appareil de lecture numérique lisent plus de livres depuis qu'ils se sont équipés. Malheureusement, l'étude ne permet pas de savoir ce qui provoque cette augmentation de la lecture : facilité d'achat, tarif de vente, plus de temps pour lire ? Bref. 

 

D'autres questions posées permettent de découvrir que 72 % des gens lisent pour apprendre quelque chose, 64 % pour se divertir, ou pour 19 %, être simplement capable de parler des livres avec d'autres personnes. 

 

À la question qu'est-ce qui vous empêche de lire plus de livres, le manque de temps est avancé par 51 % des répondants, contre 16 % qui n'ont pas beaucoup d'intérêt pour les livres, et 14 % qui déplorent que les livres ne soient pas assez qualitatifs. 

 

Chose amusante, pour 78 % des gens, les livres n'ont jamais servi à faire de nouvelles rencontres, qu'elles soient amicales ou amoureuses, contre 3 % qui en ont souvent fait ou 7 % parfois. 

 

Près d'un quart des lecteurs, 23 % lisent de la science-fiction, ou du fantastique, puis mystère et crime à 16 %, romance à 14 % et non fiction 14 %. 

 

Chose très intéressante pour les éditeurs : une majorité de répondants, 57 %, estiment que le meilleur moyen de susciter l'intérêt pour un livre... ce sont les livres précédents de l'auteur. De même, le bouche à oreille des amis ou des parents compte pour 43 % des répondants. En revanche, les critiques de professionnels ne pèsent plus grand-chose, à 17 %, juste avant la couverture du livre à 16 % et les chroniques faites par les non professionnels sur le net, à 10 %. 

 

En revanche, les réseaux sociaux servent à partager des opinions sur les livres, à 27 % (recours à Facebook et Twitter, ou des sites spécialisés). Mais chez les moins de 40 ans qui possèdent un appareil de lecture, 50 % postent des commentaires sur les livres en ligne.