Économie : La littérature classique vient à la rescousse

Clément Solym - 13.01.2009

Edition - Economie - économie - classiques - littérature


Les consommateurs seraient même prêts à payer plus pour des livres rétro ou des classiques, vient de révéler l'éditeur spécialisé, CRW Edition, qui fait état d'une augmentation de 47 % de ses ventes globales au cours des six derniers mois, de juillet à décembre 2008.

Publiant des livres-cadeaux et des classiques de langue anglaise, l'éditeur aurait vendu depuis son lancement en 2003 plus de 3 millions de titres d'auteurs aussi prestigieux que Dickens, Conan Doyle ou Jane Austen, avec une répartition des ventes de 60/40, entre magasins physiques et en ligne.

Et le directeur Clive Reynard explique même que contre toutes attentes, la croissance a été globale, sur ces deux secteurs de vente. Désormais géré par McMillan distribution depuis mars 2008, cette croissance a permis de consolider une position en Europe, tout à la fois auprès de grossistes allemands, mais également dans des magasins comme WH Smith en Angleterre.

Mais CRW a porté une attention toute particulière à la qualité de ses livres, et malgré un tarif de 7,99 £, pour un texte d'une époque révolue, le public ne s'est finalement pas fait prier. Et pourtant, malgré ce succès, Clive explique que pour 2009 le catalogue continuera de s'étoffer, mais avec prudence, avec une quinzaine de titres seulement.

Selon lui, les adaptations d'Alice au pays des merveilles et de Sherlock Holmes qui suivront, encourageront grandement les ventes. Pour Clive, il serait « trop optimiste d'envisager que la progression continue de la sorte pour 2009 », même s'il croise les doigts.