Ecrire nuit à la santé des auteurs, augmentant le risque de diabète

Clément Solym - 16.10.2012

Edition - Société - écrire - position assise - santé des auteurs


Voltaire parlait à tort et à travers des horribles dangers de la lecture. Mais il avait oublié, petit étourdi, les horribles dangers de rester assis durant de longues périodes. Parce que c'est un véritable problème de société, que la sédentarité au travail, et que ce n'est pas du tout une nouveauté. Si vous êtes assis, levez-vous, vite. 

 

 My

lui (ou elle), est sorti(e), tiens...

mshea (CC BY-NC 2.0)

 

 

Un récent témoignage pointait les dangers de l'écriture, en avril dernier, dont le romancier A.J. Jacobs faisait état.« Une étude a montré que les personnes qui sont sur leur siège plus de 6 heures par jour avaient 60 % de risques de plus de développer une maladie cardiaque », expliquait-il. Et de pointer que plusieurs éléments comme la solitude et le stress étaient autant de problèmes de santé en devenir. 

 

Jacobs avait trouvé une solution : il écrirait désormais ses livres sur un tapis de course, et pour le dernier, il avait parcouru 6000 km. Le métier de romancier, un authentique marathon ? 

 

Cette fois, c'est la très sérieuse équipe de scientifiques des universités de Leicester et Loughborough qui mettent en garde le public. Dans une étude que publie le magazine Diabetologia, ce sont 800.000 personnes qui sont passées en revue, au travers de 16 études. 

 

Les chercheurs se sont penchés sur le temps passé devant un ordinateur, ou assis à un bureau, et en ont conclu que les personnes avaient des risques plus élevés de faire du diabète, d'avoir des maladies cardiaques et d'autres qui induiraient la mort, inéluctablement. Un mode de vie sédentaire nuisible, et qui est évidemment le propre de l'écrivain, penché sur son clavier, le nez écrasé sur son écran. 

 

Pour le professeur Stuart Biddle, de l'université de Loughborough, on peut rompre cette position assise de plusieurs manières. Marcher, s'aérer et avoir un peu d'activité physique ne pourra qu'être profitable à l'organisme. Ainsi, les résultats de l'étude montrent également qu'une personne qui passerait jusqu'à huit heures par jour assise, préviendrait les risques de maladie cardio-vasculaire avec un peu de sport. 

 

Selon les scientifiques, il n'est pas encore possible de déterminer le temps maximum que l'on peut passer assis, sans mettre sa santé en péril. « Les gens arrivent à se convaincre qu'ils ont un mode de vie sain, en faisant leurs 30 minutes d'exercices chaque jour. Mais il faudrait penser à ce qu'ils font durant les 23,5 heures restantes. »

 

Accessoirement, parmi les autres pratiques à bannir, rester assis trop longtemps devant sa télévision, ou au volant, sont autant de choses à éviter, autant que possible. Le docteur Matthew Hobbs, directeur des recherches chez Diabetes UK explique : « Ce qui est clair, c'est que toute personne qui passe beaucoup de temps assise ou couchée gagnerait beaucoup à remplacer une partie de ce temps en se tenant debout, ou en marchant. »