Écrire pour ne plus se mentir, ou la thérapie des corrections

Antoine Oury - 22.01.2015

Edition - Société - écriture journal - correction corriger - appréhension réel événements


Les études qui cherchent à prouver les bienfaits d'une pratique régulière d'écriture ne manquent pas : la plupart se centrent sur les effets physiologiques, avec une réduction du taux de stress et un contrôle de la production de cortisol, une hormone générée à l'occasion d'émotions fortes, gênant la récupération. Mais d'autres psychologues assurent que l'essentiel des bienfaits réside dans la perception de soi que favorise l'écriture.

 


Write In Journal

(Walt Stoneburner, CC BY 2.0)

 

 

Les élèves les plus en difficulté de l'université Duke, en Caroline du Nord, ont pu se livrer corps et âme pour une expérience organisée par Timothy D. Wilson, professeur en psychologie à l'université de Virginie. Ce dernier a rassemblé 40 jeunes étudiants, fraîchement admis à l'université, et leur a demandé de transformer leur ressenti des études supérieures en texte personnel.

 

Deux groupes ont été formés, et seul l'un des deux a obtenu des informations sur la scolarité lambda, et le léger décrochage à l'arrivée en faculté, commun à de nombreux étudiants. Une manière de relativiser, et le même groupe a ensuite pu corriger et amender son texte, à la lumière des informations révélées. Quand 20 % des étudiants du groupe témoin avaient abandonné leurs études dans l'année, seuls 5 % des individus de l'autre groupe ont déclaré forfait.

 

« Ces phases d'écriture peuvent véritablement conduire les individus d'un état d'esprit autodépréciateur vers un cycle plus optimiste, qui se renforce au fil des séances », explique Timothy D. Wilson. La perception de soi et des faits serait véritablement engagée dans le processus d'écriture, et coucher les événements sur le papier forcerait à une reconsidération, et parfois à la relativisation.

 

Au sein de l'Human Performance Institute, sorte de centre de réflexion, d'enseignement et de pratique de techniques d'optimisation physique et mentale, en Floride, l'un des exercices proposés aux patients consiste à rédiger un texte sur un problème rencontré, avant de détailler les raisons pour lesquelles le problème n'a toujours pas été résolu. Généralement, le patient parvient seul à déterminer les véritables raisons de la contrariété, à la relecture du texte.

 

Aussi évidente que cette technique puisse paraître, elle dépend essentiellement de la motivation du patient, et de sa capacité à exercer ce type d'activité régulièrement... Comme un exercice, pour un esprit sain.

 

(via NY Times)