Écrire, publier : les réseaux sociaux, au secours des auteurs

Auteur invité - 03.02.2020

Edition - Société - réseaux sociaux auteurs - internet communication auteurs - livres découverte lecture


Les réseaux sociaux ont bouleversé nos habitudes de communication en permettant le partage des idées instantané et illimité. Grâce à leur utilisation, tout le monde peut faire porter sa voix. En facilitant les échanges, il semble qu’ils aient permis à des écrivains de sortir de l’ombre et ainsi contribué à l’émergence de talents... Puisqu’ils peuvent alors avoir la chance d’être repérés par des éditeurs. 


 

Est-ce que ce sont les lecteurs qui ont besoin d’auteurs ou les auteurs qui ont besoin de lecteurs ? Aujourd’hui, des projets d’écrivains qui possèdent déjà une communauté importante sur leurs réseaux sociaux peuvent voir le jour.

Vincent Lahouze, qui s’est fait connaître pour ses engagements politiques et féministes depuis un post dénonçant le harcèlement de rue qui avait généré des milliers de partages sur Facebook, a depuis 2015 une communauté sans cesse grandissante avec qui il partage ses textes, en plus de ses prises de position sur l’actualité. Une situation idéale pour obtenir la confiance d’une maison d’édition et faciliter la publication de son premier roman, à une époque où les éditeurs croulent sous les manuscrits. Rubiel e(s)t moi parait donc trois ans plus tard chez Michel Lafon.

Les 60.000 personnes qui le suivent sur son profil Facebook avaient ainsi pu apprendre, en 2017, la sortie prochaine de son livre, puis les dates de séances de dédicaces auxquelles il se rendrait, ce qui garantissait ainsi un nombre important de ventes pour un premier roman. En effet, l’utilisation des réseaux sociaux par les écrivains joue un rôle primordial dans la promotion de leur livre, et Vincent Lahouze a profité de ses comptes pour partager sa joie d’être publié, ses projets de rencontres et répondre aux commentaires de ses lecteurs. 
 

Le succès des financements participatifs 


Plus important encore, c’est parfois la communauté d’un écrivain qui va déterminer si celui-ci peut mener à bien son projet, comme Fanny Vella en a fait l’expérience. Illustratrice de BD, elle partage ses dessins depuis 2013 sur son compte Instagram @fannyvella, qui est suivi par plus de 70.000 abonnés, ainsi que sur sa page Facebook Fanny Vella Illustratrice.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Et si on changeait d'angle sur : Le fait d'intervenir ou non quand on assiste à des coups portés sur un enfant ? Oui je sais "c'est pas nos affaires" tout ça tout ça, j'imagine qu'ils devaient penser pareil en 1975 quand frapper sa femme était tellement banalisé qu'en interview micro-trottoir on pouvait alors récolter des "Quand le dialogue n'est pas possible, à certaines femmes, il faut leur faire rentrer à coups de poing" "Des petites gifles, quatre fois rien". Comme d'hab on va voir fleurir les "j'ai pris des claques et j'en suis pas mort" mais bon j'imagine aussi que tout.es les conjoint.es battu.es n'en sont pas mort.es non plus. Moi la première je ne saurais pas comment réagir si j'assistais à ça, en illustrant ce changement d'angle j'essaye aussi de faire rentrer dans ma caboche que rien n'est banal dans le fait de frapper un enfant (et plus généralement de frapper n'importe qui en fait) et oui il faut proposer de l'aide aux parents dépassés mais je n'en peux plus d'entendre que parfois "on a plus le choix" "quand on est à bout ça part tout seul" et autre "y a que comme ça que ça rentre". Pour rappel depuis juillet 2019 la loi demande à ce que l'autorité parentale s'exerce sans violences physiques ou psychologiques. #etsionchangeaitdangle #illustratrice #loiantiveo #veo #fessée #antiveo #illustration

Une publication partagée par Fanny Vella (@fannyvella) le


Ayant eu récemment l’ambition d’écrire et d’illustrer sa propre bande dessinée, les réseaux sociaux ont eu un rôle déterminant pour elle, car c’est là qu’elle a pu partager avec sa communauté sa campagne de prévente pour son livre Le Seuil, édité par Big Pepper. L’objectif était d’atteindre au minimum 200 commandes afin qu’il puisse voir le jour. Pour ce faire, elle a donc fait appel à ses abonnés en les dirigeant sur la plateforme de financement participatif Ulule.

Le succès a été immédiat : en seulement 3 heures, l’objectif de vente a été atteint et est désormais nettement dépassé, assurant ainsi la sortie de son livre en janvier 2020. 
 

Une stratégie des maisons d’édition 


Pour les éditeurs, publier un roman d’une personne ayant déjà une certaine renommée sur les réseaux sociaux est toujours intéressant puisque cela leur permet d’en bénéficier eux-mêmes lors de la vente. Comme en avait témoigné auprès de l'AFP. Olivier Moreira, l’éditeur de Nine Gorman.

La youtubeuse et blogueuse qui avait commencé par publier son premier livre Le Pacte d’Emma sur Wattpad avant de signer un contrat avec Albin Michel : « Au cours des deux années d’écriture de son roman sur Wattpad, elle a rassemblé une communauté ultra mobilisée qui se déplace tout de suite en librairie pour acheter le livre. »
 

La prise de risque moindre, succès rapide


On observe donc que, si les réseaux sociaux sont un moyen qui s’avère efficace pour parvenir à rassembler une communauté autour d’un intérêt commun, ici le partage de textes, lorsque l’auteur réussit à mobiliser un certain nombre de lecteurs attentifs, le Graal reste pour eux d’être officiellement publié.

Si les réseaux sociaux peuvent être un excellent tremplin pour arriver à cela, ils ne suffisent pas à « légitimer » le succès recherché par les auteurs. Une fois les abonnés captés, il faut encore attirer l’attention des éditeurs.  
 
 
par Estelle Eid


Article réalisé et publié dans le cadre des travaux menés avec les élèves du Master 1 Apprentissage de l’université de Villetaneuse — Paris 13, spécialité Commercialisation du livre. Les étudiants sont invités à écrire sur un sujet lié au monde de l'édition, suivant des consignes de rédaction journalistique.  



Commentaires
Pourquoi remonter à seulement l'année 2015 ? On pourrait dater l'émergence des communautés d'auteurs française à se faire connaitre et publier aux années 2000. Pour les dessinateurs ce fut surtout Boulet qui a fédéré pas mal de dessinateurs dès 2005. Et la création du Festiblog date de 2009 si j'en crois wikipedia.
Quand l'auteur fait l'essentiel du travail de l'éditeur, à savoir la promotion, c'est tout bénef pour celui-ci !
Absolument ! Et d'ailleurs à ce sujet je vous invite à découvrir mon blog ecrire-de-la-fiction.com, et à faire connaissance avec les protagonistes des deux fictions en cours de publication : Mia et Judith dans Toute la Lumière (roman), Egalndune, Tortillon et le Vénéral Dourakuire dans Les Histoires vraies du Bougreloche (conte). Je vous attends. wink rolleyes rolleyes smile LOL
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.