Éditeurs et imprimeurs nigérians débattent des droits de douane

Julien Helmlinger - 23.09.2014

Edition - International - Nigéria - Import de livres - Fiscalité


D'actuelles négociations concernant la taxation des livres importés, entre l'Association of Nigerian Printers (ANP) et la Nigeria Publishers Association (NPA), fructueuses, constitueraient une bonne nouvelle pour l'industrie de l'édition nigériane. D'importants tarifs douaniers avaient récemment été instaurés, à hauteur de 50 %, une mesure protectionniste finalement reportée à l'issue d'une discussion facilitée par la Manufacturers Association of Nigeria (MAN).

 

 

CC by 2.0 par Douglas Whitfield

 

 

Pour la NPA, une telle taxe risquerait de faire monter les prix, encourager le piratage et possiblement avoir un effet néfaste sur l'alphabétisation dans le pays. L'ANP redoute quant à elle que les éditeurs se reposent trop sur les imprimeurs étrangers, moins chers, aux dépens de ceux du pays.

 

N.O. Okereke, président de l'association d'éditeurs, a pour sa part sèchement critiqué le service offert par les imprimeurs locaux. Selon lui, contrairement aux étrangers, les imprimeurs nigérians ne peuvent livrer leurs commandes en six semaines, ni accorder de crédit, et il faut de plus leur fournir du papier en amont. Il fait également état de problèmes comme le risque de panne de machines...

 

Un nouveau compromis doit désormais être présenté au gouvernement.