Edith Piaf viendra chanter "Milord" à la BnF

Cécile Mazin - 25.02.2015

Edition - Bibliothèques - Edith Piaf - exposition BnF - chansons milord


À l'occasion du centenaire de sa naissance, la BnF consacre une grande exposition à Édith Piaf. Réunissant des centaines de documents de toute nature - dont certains totalement inédits - qui évoquent son destin de chanteuse des rues devenue idole populaire et icône internationale, l'exposition est une première dans la manière d'exposer puisque le visiteur, équipé à l'entrée d'un audio guide universel, pourra voir et vivre une véritable « expérience Piaf » à travers un riche parcours musical.

 

 

 

« Allez, venez Milord… », « Non, rien de rien… », « Si un jour la vie t'arrache à moi… », les chansons d'Édith Piaf sont dans toutes les têtes ; quelques mesures, quelques mots suffisent à faire surgir la ritournelle. Sa voix, sa vie, son répertoire, tout contribue à transformer la petite chanteuse des rues en une vedette reconnue du music-hall, une des figures majeures de la culture populaire française célèbre dans le monde entier.

 

La Bibliothèque nationale de France propose au public de venir découvrir ou redécouvrir les mélodies, les images, les textes qui ont fait d'Édith Piaf une légende, de les entendre et de les regarder pour leur puissance émotionnelle mais aussi pour leur place dans l'histoire culturelle et dans la mémoire collective.

 

Le visiteur retrouvera les visages et les moments importants de la vie et la carrière de la chanteuse. Il sera aussi invité à la voir sous différents angles : comment la fille de saltimbanques est devenue l'emblème du peuple, par quel miracle elle continue aujourd'hui encore à être portée par la foule de ses admirateurs, célèbres ou anonymes, comment une simple chanteuse réaliste a pu se métamorphoser en une artiste unique et adulée, comment, par ses chansons et ses amants, elle incarne toutes les couleurs de l'amour du plus tragique au plus joyeux, du plus soumis au plus décomplexé.

 

L'exposition montrera également quels rôles ont joués la radio, le disque et la presse dans l'émergence du talent de Piaf, jusqu'au jour où l'art et les médias, le cinéma et la télévision, se sont emparés d'elle et en ont fait une légende. L'exposition puisera principalement dans les collections de la BnF, grenier encore trop méconnu de la culture populaire, et présentera au public aussi bien des photographies, lettres, affiches, disques, enregistrements sonores et extraits de films, magazines, objets souvenirs tels que la célèbre petite robe noire.

 

Un ouvrage paraîtra, sous la direction de Joël Huthwohl, album-souvenir de la Môme, croisant la biographie de l'artiste avec celle de la femme. Et parmi les documents présentés dans l'exposition, on retrouvera les lettres autographes adressées à Piaf par Charles Aznavour, Michel Simon, Bruno Coquatrix, Raymond Asso, Félix Marten, Douglas Davis, Charles Dumont ou encore un texte inédit de Roland Barthes sur Édith Piaf et Yves Montand, écrit pour une conférence donnée à Bucarest en mai 1948.

 

Ces documents seront complétés par des ressources provenant notamment de l'Institut national de l'Audiovisuel et de l'Association des amis d'Édith Piaf. Devenue une véritable icône, Édith Piaf a toujours gardé une liberté et une simplicité étonnantes.

 

L'exposition tentera de préserver cette tonalité un peu rebelle, décalée, moins conventionnelle de Piaf, et de rappeler que pour elle la célébrité n'a aucune importance face à l'incandescence de la scène, que l'argent et le confort pèsent peu par rapport aux amants et aux amis, et que le chagrin le plus noir peut toujours être dissipé par un grand éclat de rire, un grand « J'm'en fous pas mal ».