medias

Édition : des appels à témoignages sur les violences sexuelles et sexistes

Antoine Oury - 28.01.2020

Edition - Société - edition MeToo - edition violences sexuelles - edition sexisme


Alors que le procès d'Harvey Weinstein est suivi avec intérêt pour sa portée médiatique et symbolique, les effets du mouvement MeToo se font toujours ressentir sur plusieurs pans de la société. Mais l'édition semble étrangement y avoir échappé, notent plusieurs organisations, qui lancent des appels à témoignages pour libérer la parole et améliorer la situation, pour tous les professionnels du livre et de l'édition.

IMG_4217
(photo d'illustration, GGAADD, CC BY-SA 2.0)


La publication du livre Le Consentement, de Vanessa Springora (Grasset) a mis la lumière, à nouveau, la manière dont le milieu de l'édition, comme d'autres branches professionnelles, avait pu tolérer des comportements pénalement répréhensibles, ou protéger les auteurs de tels actes.

Plusieurs mois après le mouvement #MeToo, dont les répercussions dans l'édition française ont été plutôt mesurées, pour ne pas dire nulles, une nouvelle opportunité se dessine pour les victimes qui souhaiteraient prendre la parole, dénoncer des faits et ainsi obtenir, si ce n'est une réparation devant la justice, du moins des améliorations pour les travailleurs du secteur de l'édition, et en particulier les femmes, premières victimes des violences sexistes et sexuelles.

Le 17 janvier dernier, la Ligue des auteurs professionnels avait déjà ouvert sa porte, pour recueillir des témoignages sur différentes situations de violences morales, sexistes ou sexuelles. 

« Nos organisations professionnelles sont confrontées à des témoignages d'autrices victimes de harcèlement moral et sexuel et de violences sexistes dans le cadre de leur travail. La plupart des victimes ne parviennent pas à aller plus loin dans leurs démarches pour se défendre », indiquait l'organisation professionnelle dans un message diffusé sur Twitter. L'objectif de la Ligue est d'accompagner les victimes, juridiquement, « dans l’espoir de voir enfin se dessiner une amélioration pour les autrices du livre, et plus largement les professionnelles du secteur ».
 
 
Quelques semaines plus tard, un syndicat professionnel rejoint l'initiative : le Syndicat Général du Livre et de la Communication Écrite CGT diffuse un tract portant une adresse mail à laquelle faire parvenir des témoignages sur le même sujet. « Nous considérons que le silence ne doit plus être la règle face à la dérive de certains puissants du monde des lettres et de leurs complices », indique la CGT-SGLCE. Nous avons tenté de joindre le syndicat pour obtenir plus d'informations.

En France, le mouvement #MeToo n'a pas vraiment touché le milieu de l'édition : quelques témoignages avaient été publiés au moment de l'appel #BalanceTonPorc, mais la profession n'a pas vraiment saisi l'opportunité pour prendre de front ces problématiques.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.