Édition en France : moins d'extraductions en 2019

Antoine Oury - 27.10.2020

Edition - Les maisons - edition france - editeurs france - cessions droits


L'activité des cessions de droits et des coéditions affiche un certain ralentissement en 2019, indique un document du Syndicat national de l'édition, qui s'appuie sur les données de quelque 160 maisons d'édition françaises. Le repli du marché chinois, encadré par de nouvelles règles en matière de traduction de livres étrangers, explique en partie cette légère baisse.

IMG_7265


Avec une baisse de 3,6 %, les cessions de droits des éditeurs français connaissent leur premier revers depuis 2017, quand les coéditions, elles, reculent de 6,9 % en 2019. Ainsi, l’activité d’extraduction des maisons d’édition françaises en 2019 est en baisse de 4 % par rapport à 2018.

Parmi les pays les plus acheteurs de titres, le Royaume-Uni (382 titres en 2019), les États-Unis (372), le Liban (81), l'Égypte (36) et l'Arabie saoudite (17). Dans le cas de l'Arabie saoudite, dans 94 % des cas, des droits mondiaux sont cédés, pour une commercialisation dans l'ensemble des pays de la zone linguistique. On tombe à 78 % de cessions des droits mondiaux pour le Liban, puis 64 % pour le Royaume-Uni, 62 % pour les États-Unis et 61 % pour l'Égypte.

Pour 22 % des contrats de cessions de droits, les droits numériques de traduction sont cédés simultanément à ceux de la publication imprimée. Il reste très rare que ces droits numériques soient cédés séparément (à peine 1 % du total des contrats).
 
Les cessions de droits représentent entre 4 et 6 % du chiffre d'affaires des maisons d'édition prises en compte par le SNE pour son enquête. Les coéditions, elles, peuvent représenter jusqu'à 30 % du chiffre d'affaires d'une maison ou d'un département éditorial, et permettent de limiter les coûts de fabrication de certains ouvrages illustrés.

Pour les livres traduits en français, la baisse s'élève à - 6,9 %, avec 12.970 titres, contre 13.932 en 2018. L’anglais reste la langue la plus largement traduite vers le français en 2019 avec 8073 titres, soit 62 % des titres (64 % en 2018). Le japonais avec 1832 titres (14 %) et l’allemand avec 709 titres (5,5 %) arrivent ensuite. Les trois segments éditoriaux les plus traduits sont les romans et la fiction romanesque avec 3960 titres (30,5 % des titres), la bande dessinée (2668 titres, 20,6 %) et la littérature jeunesse (1773 titres, 13,7 %).
 

 

Jeunesse, BD, fiction, trio gagnant


Jeunesse, BD et fiction représentent à elles seules 73,7 % des titres cédés, avec, respectivement, 4253, 3623 et 2074 titres cédés. Jeunesse et BD constituent des particularités au sein des secteurs, puisque la présence de séries en plusieurs tomes peut légèrement fausser les résultats : on comptera alors autant de contrats que de tomes.
 

« La fiction (2074 titres cédés) et la non-fiction (SHS, 1101 titres et Essais, 859 titres) représentent 30,6 % du total des cessions de droit, un poids stable par rapport à 2018 », relève le SNE.

Dans le domaine des coéditions, la jeunesse tire une nouvelle fois la couverture : elle représente 75,5 % du volume total, avec 1447 coéditions en 2019, devant la BD, le livre pratique et le livre d'art. « Ces coéditions sont principalement conclues avec des pays européens, notamment avec l’Italie et l’Espagne, avec des livres coédités en espagnol et en catalan », précise le rapport.
 
Les cessions et coéditions vers la langue chinoise représentent 14 % des contrats (2014 cessions et 65 coéditions), devant la langue italienne (1247 et 386), la langue espagnole (1201 et 316), la langue allemande (948 et 188), la langue anglaise (809 et 209) et la langue néerlandaise (738 et 130). Toutes ces langues représentent la moitié des contrats de cession et coéditions, en 2019.
 

« [L]a baisse du nombre de contrats ne signifie pas nécessairement une baisse des revenus : certains titres font parfois l’objet d’enchères aux montants élevés », tempère le SNE à propos des chiffres. Toutefois, l'organisation professionnelle prévient : la crise liée au coronavirus aura des conséquences importantes sur les cessions et coéditions, en 2020...

Photographie : illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.