Edition française : le numérique pèse 2,4 % du chiffre d'affaires

Clément Solym - 24.06.2010

Edition - Economie - numérique - ventes - edition


Au cours de l'assemblée générale du Syndicat aujourd'hui, la situation rocambolesque des ouvrages numériques (même pour les audiobooks) taxés à 19,6 %, selon qu'ils soient dématérialisés, ou à 5,5 % pour ceux placés sur clef USB n'aura pas été oubliée. Mais dans le même temps, on a pu découvrir les chiffres officiels avancés par le SNE concernant la part que l'ebook a pu prendre en France au cours de l'année 2009.

Le résultat est peut-être plus important que ce que l'on attendrait, surtout au regard de l'offre maigrichonne que l'on avait l'an passé. Non que ce soit mieux aujourd'hui, mais les plateformes de vente se multiplient et les initiatives avec elles.


Ainsi, le numérique, confondant ebook et audiobook, avec ou sans support, représente 68,4 millions € de chiffres d'affaires, soit 2,4 % de ce que l'édition entière a pu réaliser. En 2009, le livre représente encore le premier bien culturel en poids économique confirme en effet GFK, et l'édition aura pesé 2,829 milliards €.

Cela représente 464.476 livres vendus, contre 468.325 l'an passé et une production de 74.788 contre 76.205. Produire plus pour gagner moins, constateront certains.

Dans le domaine numérique, le plan est le suivant :
  • 52,6 % pour tout ce qui est DVD, CD, Clefs ou autre
  • 19,1 % pour le téléchargement, le streaming ou les poadcasts
  • 28,3 % dans le reste de la diffusion (applications, etc.)
De quoi livrer des perspectives intéressantes pour l'année 2010, quand on prend en compte le nombre de lecteurs ebook qui sont apparus, et surtout, bien sûr l'iPaPad...

Pour rester dans les chiffres donnés, on compterait 10 maisons d'édition dont le CA est supérieur à 50 millions €, 36 entre 10 et 50 millions, 15 entre 5 et 10 et 63 entre 1 et 5 millions. Pour celles qui génèrent moins de 1 million, elles sont une centaine. Soit près de 224 maisons qui ont répondu sur les 302 sollicitées.

D'autres chiffres encore... la littérature reste le maître mot des ventes, avec 640.116 milliers € de CA pour 113.600 exemplaires tirés, soit 23,6 % du CA global. La bande dessinée dont on ne parle pas assez représente pour sa part 235.629 € pour 44.743 exemplaires. Le ratio ne fera pas un pli pour qui aime que les bons comptes fassent les bons amis...

Conclusion du SNE :
L'activité éditoriale ne bénéficie d'aucune protection naturelle contre la crise, elle est fortement corrélée au PIB.

En période de crise et de focalisation sur le pouvoir d'achat, le livre reste le bien culturel le plus vendu (54 % du marché des biens culturels selon GLF)) et le moins cher.

Son prix a progressé deux fois moins vite que celui du coût de la vie et cinq fois moins vite que celui du coût du logement. Le prix du livre n'a augmenté que de 11 % en 11 ans et ce, grâce à la loi Lang.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.