Édition indépendante : voici venir l'Âge d'Or

Clément Solym - 16.09.2009

Edition - Les maisons - édition - indépendante - venir


Les rats quittent d'ordinaire le navire avant que celui-ci ne coule : pas de chance, en plein océan, leurs chances de survie se réduisent à peau de chagrin. Alors quoi ? Autant couler avec le bateau ?

Dans l'édition, les capitaines de navire font comme tout passager de montgolfière : on jette par-dessus bord tout ce qui permettrait de remonter. On fait donc dégager les auteurs qui ne vendent pas assez, et l'on promeut un Dan Brown avec un premier tirage démentiel et un budget de communication sidérant. Le tout en espérant regagner les cieux. Mais comment un éditeur indépendant pourrait-il rivaliser et soutenir ses auteurs face à de telles machines ?

L'actionnaire, la promotion et la communauté

Face à des actionnaires qui exigent une croissance financière, Ursula Le Guin avait souligné combien il est difficile d'assurer des bénéfices. Une chance pour les indépendants ? Peu d'effectif, des frais généraux réduits... voilà qui pourrait offrir une solution pour prospérer dans ce contexte. Les expériences d'ebooks à bas prix, d'applications iPhone, d'abonnements pour le numérique et des formats sans DRM... Plus que jamais, les indépendants devraient se pencher sur les solutions que les gros sont, eux, contraints de mettre en place - réseaux sociaux, blogs et contact email.

Car la promotion sur le net, c'est le Far West, assure Andy Hunder, rédacteur en chef de Electric Literature, un bi-mensuel américain. Pas de limites, pas de lois et une seule limite : l'inventivité, c'est-à-dire, la prise de risque. Une idée qui n'est « généralement pas associée à une industrie dont le produit final est plutôt consommé par un lecteur assis au coin du feu. Les livres sont calmes, ils vont bien avec le thé. C'est comme de tricoter ». Pourtant, même les amateurs de tricot disposent d'une communauté de blogueurs...

Etsy.com montre justement une nouvelle voie. Ce site réunit des créateurs, des artisans réunis sur un site de vente, qui met l'accent sur la communauté et devient un catalyseur : il améliore et accélère les ventes de ceux qui n'étaient avant que des petits...

Le vide à combler, et la convergence

Aujourd'hui, on trouve un grand vide laissé par les grands éditeurs. De même que pour l'artisanat, l'édition indépendante est une grande histoire, et relève de la tradition. Et dotée d'une plateforme adéquate, et d'un marketing, elle a tout ce qu'il faut pour remonter la pente abandonnée par les Gros. La concurrence entre eux est importante, mais elle pourrait laisser place à une émulation et une coordination qui seraient bien plus profitables. Leurs caractères communs sont connus : qualité, diversité et personnalité. La crise d'aujourd'hui est l'occasion rêvée pour s'emparer de la place laissée : celle de l'espace créatif entre blockbuster et avant-gardisme.

Si les technologies pour communiquer se démocratisent, les outils permettent également de décentraliser les pouvoirs et d'alimenter la créativité. L'ère de l'information, celle d'internet, n'aura pas, même sur du long terme, d'effet négatif sur la littérature. N'en déplaise à ceux qui considèrent que l'on [NdR : comprendre, les petits éditeurs] publie trop. Les secteurs de niche se sont démultipliés, pour créer des contenus qui ciblent des publics spécifiques - n'existe-t-il pas une chaîne nommée No Life TV, pour les geeks, nerds et autres amateurs de... bref.

Voici venir l'Âge d'Or

Aujourd'hui, le boom de la créativité n'a pas encore achevé son ascension. Mieux encore, la bibliodiversité ira croissant, chaque jour un peu plus : des abominations sortiront, c'est certain, inutile de se voiler la face. Mais de grandes choses jailliront, à l'aune des daubes que l'on endurera. Si, si... C'est là que les filtres devront se mettre en place et acquérir progressivement la confiance des lecteurs. « Dans quelques années, l'édition sera un paysage sauvage, en germination, qui connaîtra un nouvel essor », estime Andy.

Toujours, comme un ras-le-bol s'est fait sentir, une nouvelle tendance est apparue : le punk a contré la musique insupportable, le classicisme a rompu avec le baroque, le romantisme avec l'âge de raison du Siècle des Lumières. « Avec chaque tendance qui menace de nous voler notre culture, une contre-tendance se dégage pour encourager un renouveau. Ainsi commence l'âge d'or de l'édition indépendante. »



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.