Edition : Planeta obtient 5 ans pour rembourser 800 millions €

Nicolas Gary - 09.10.2013

Edition - Economie - groupe Planeta - groupe Editis - remboursement de prêt


Selon la presse espagnole, le groupe éditorial Planeta, propriétaire du groupe Editis en France, n'est pas dans une santé financière des plus brillantes. En effet, la famille Lara aurait obtenu un accord des cinq banques avec lesquelles elle traite, pour renégocier l'emprunt déclenché en mars 2010, de 800 millions €. 

 

 

José Manuel Lara

 

 

Le groupe Planeta, que dirige José Manuel Lara avait alors emprunté aux différents organismes, les sommes suivantes, exprimées en euros : Santander (300 millions), Bankia (200 millions), BBVA (130 millions), La Caixa (100 millions) et Sabadell (100 millions). Or, l'échéance des remboursements devait s'opérer à l'horizon de décembre.

 

Mais voilà, une rallonge de 5 années a été obtenue pour essuyer l'encours, avec une négociation des taux, entre 4 et 4,4 points selon différentes sources financières évoquées par Economia Digital.

 

Voilà cinq ans, Planeta a en effet mis la main sur le groupe Editis, alors détenu par le fonds d'investissement Wendel. La transaction avait dépassé le milliard d'euros, et pour le coup, pesé lourdement dans l'endettement du groupe Planeta. Depuis 2010, cet investissement pesait même comme un fardeau difficile à gérer. 

 

Avec la crise financière qui a suivi, la renégociation du prêt et de son remboursement, devenait une nécessité, et la période est rallongée de cinq années, laissant jusqu'à l'horizon 2018 de quoi finir de payer ses dettes. Et donc de s'enrichir, selon le proverbe bien connu. 

 

Septième plus gros groupe d'édition au monde, Planeta n'en reste pas moins l'actionnaire principal d'Editis. Et la gestion de Planeta pèse depuis quelques temps sur le fonctionnement du groupe. Au point que l'éditeur historique des éditions Robert Laffont, Leonelo Brandolini, peu en accord avec les nouveautés managériales réclamées par Planeta, avait officiellement décidé de quitter la maison d'édition

 

Remplacé par Pierre Dutilleul, anciennement Directeur délégué en charge des ressources humaines, de la communication et des relations extérieures, Leonello Brandolini avait en fait été renvoyé de son poste suite aux modifications imposées par Planeta. Or, face à ces nouvelles mesures, Leonello Brandolino, âgé de 62 ans, opérait une résistance forte, en bon aristocrate vénitien.

 

Plus récemment encore, pour assurer de nouvelles économies, plusieurs maisons du groupe Editis s'étaient retrouvées centralisées Place d'Italie : Plon, Perrin déménageaient, rapidement suivies par Robert Laffont, puis ce, début août fut la création de Edi8, fusion de First-Gründ, Les Escales, Les Livres du Dragon d'Or, Perrin, Plon, Presses de la Renaissance et Tana.