medias

Édition UK : les ventes d'ebooks atténuent la perte de chiffre d'affaires

Clément Solym - 26.06.2019

Edition - Economie - industrie livre - Royaume Uni éditeurs - chiffre affaires


Au tour de la Publishers Association, réunissant les éditeurs britanniques, de présenter son bilan de l’année 2018. Selon les premières conclusions, c’est au marché numérique que l’industrie doit ses relais de croissance. Ou plutôt, l’ebook atténue, dans certains domaines, la baisse des ventes d’imprimés.

Regent street, London
Henrik Sandklef, CC BY SA 2.0


Sur l’année passée, les éditeurs d’outre-Manche accusent un recul de 2 % du chiffre d’affaires, établi à 6,15 milliards £. En revanche, une grande claque intervient sur les livres papier, qui perdent 5,4 % de leur chiffre d’affaires – soit 168 millions £ – après une croissance régulièrement enregistrée depuis 2014. Des 3,11 milliards £ qu’ils représentaient en 2017, l’industrie bascule à 2,95 milliards £. 

Mais dans cet océan de larmes et de livres invendus – ou de public trop occupé ailleurs – certaines informations réjouissent. En effet, l’audiolivre a bondi de 43 % pour s’établir à 69 millions £ – avec Audible qui domine largement les ventes. 

Si l’on cherche un indicateur – le Syndicat des éditeurs en France lancera prochainement un appel pour que les opérateurs engagés dans l’audiolivre puissent apporter des données – c’est du côté des USA qu’il faut se tourner. L’AAP a récemment indiqué que l’industrie avait perdu quelques dollars. Mais sur le livre audio, en dépit d’une croissance de 28,7 %, les ventes ne représentaient qu’une part assez congrue.

Selon les analyses, les investissements monstrueux réalisés par des services comme Spotify, qui a dépensé 500 millions $ pour racheter des sociétés spécialisées dans le podcast, ont indirectement profité au secteur du livre. 
 
Les livres imprimés représentent toujours plus de 80 % des ventes, mais le numérique, lui, affiche une belle croissance : 4,6 % de progression, pour s’établir à 653 millions £. Ce segment réunit cependant audiobook et ebooks.

Or, ces chiffres devraient aussi permettre aux éditeurs de plaider leur cause auprès des autorités : si la croissance est tirée par le livre numérique, il serait déloyal de continuer à taxer les livres numériques sur la base de 20 % de TVA. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.