Editions tamtam : des polars qui clament leur désir de liberté

Clément Solym - 14.09.2010

Edition - Les maisons - tamtam - editions - polars


La rentrée fait toujours fleurir de nouvelles plantes et la dernière en date, ce sont les éditions tamtam. Diffusées par Pollen, la société de Benoît Vaillant, la nouvelle maison travaille en coédition avec la Chambre d'Échos.

« Pourquoi une nouvelle maisons d'édition de livres en papier au moment où celles qui existent souffrent de la concurrence des supports électroniques ? », interroge tamtam... Parce que pour les quatre amis à l'origine de cette aventure, l'ambition est de proposer des polars dont les pages se tournent sans que l'on s'en rende compte.

Quatre auteurs en vadrouille

José Varela, Jean-Pierre Bastid, Michel Martens et Robert Destanque se sont ainsi monté éditeurs. Après avoir publié chez de grands noms, Gallimard, Lattès ou encore Denoël, les quatre hommes décident de partir en quête de leurs lecteurs. « C'est une volonté de rupture, de prendre un peu plus le contrôle de nos livres. Au cours des dernières années, les séries policières de plusieurs maisons ont connu des changements dans les directions. Et donc, les interlocuteurs changeaient aussi », nous explique José Varela.


Par conséquent, les politiques éditoriales se déplacent et les auteurs se perdent en chemin. « Nous avons décidé de publier quatre premiers romans, toujours dans la série policière et d'aventure », poursuit-il. Mais pour cette maison basée à La Rochelle, ce n'est pas le régionalisme qui prime. « Seul Quai des grumes se déroule au port de commerce de La Rochelle. Les autres se passent à Paris et Cannes, ou dans le nord, en Belgique. » Et toujours pour centre « des romans qui naviguent dans l'univers de la transgression et qui s'efforcent tout, en vous donnant envie d'en tourner les pages, de plonger dans les questions essentielles que se posent les hommes ».

Du polar, d'accord, mais intelligent, construit, bien ficelé...


Deux premiers titres, Noir, de José Varela et Duel de Jean-Pierre Bastid et Michel Martens, sont prévus pour une sortie le 1er octobre. Feedback, de Robert Destanque et Quai des grumes, de José Varela, sont prévus pour le 1er janvier.

« C'est une expérience amusante pour nous, parce que nouvelle et surtout sympathique. On découvre la relation avec les libraires et toute l'importance qu'ils peuvent avoir. Pollen, notre diffuseur, nous a permis de vendre en avant-première Noir, sur l'île de Ré, dans trois librairies. Comme la personne a aimé le livre, elle le conseille plus facilement. C'est incroyable de comprendre à quel point les libraires sont importants. »

Et du côté numérique alors ? Fâché avec les ebooks ? José Varela est sceptique : « Je ne vois pas. Vraiment, je ne vois pas comment on peut lire un roman entier avec cela. » Il ne parle pas des lecteurs ebook, mais bien de lire un livre sur un iPad ou un écran d'ordinateur. « Un article de Wikipedia, pourquoi pas, un papier dans la presse ou un extrait de livre, oui. Mais je ne crois pas que l'on puisse lire un roman entier comme cela. »

Peut-être un nouveau pan du polar à explorer : celui du polar numérique ?