Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Editis : fin de 15 années avec Guillaume Musso, 7 encore à vivre avec Seuil

Victor De Sepausy - 27.09.2017

Edition - Economie - Editis Interforum Musso - Guillaume Musso Hachette - Seuil Martinière Inteforum


Guillaume Musso qui quitte les Éditions XO, c’est un être qui vous manque, et une trésorerie qui est dépeuplée. L’annonce a mis le Landerneau de l’édition en ébullitions : 15 ans passés dans la maison du groupe Editis, ce n’est pas rien. Incapable de convaincre le romancier star de rester, le groupe n’a pas vraiment eu d’autre choix que d’accepter. 


Inauguration Furet du Nord Kremlin Bicêtre
Guillaume Musso - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

« La proposition concurrente venait de trop loin, la chose était bien trop engagée. Guillaume Musso confiera donc ses prochains livres Grand Format au groupe Hachette », annonçait Pierre Conte, directeur général.

 

« À aucun moment, le professionnalisme et la loyauté des équipes de XO n’ont été remis en cause. Je voulais ici remercier et féliciter Bernard [Fixot], Édith [Leblond] et tous ceux qui ont contribué avec eux à permettre au talent de Guillaume Musso de se faire connaître, puis de s’imposer… Quinze ans de collaboration… record à battre… »

 

Et, dans le même temps, ce dernier saluait le travail de tous ceux qui ont participé à la promotion du romancier et de ses œuvres. « Cela peut paraître vain, mais nous pouvons être fiers de notre travail. » Une phrase qui a, en cette période, une résonnance toute particulière. 

 

En effet, les deux dernières semaines ont été éprouvantes pour la direction d’Editis : en moins de quinze jours, c’est un auteur de best-sellers qui s’en va à la concurrence et le groupe La Martinière/Seuil qui s’apprête à être racheté par Media Participations. Certains matins, on voudrait ne pas se lever. 

 

C’est que le départ de Seuil/La Martinière laissait planer sur Interforum de lourdes craintes. Le rachat de Volumen, qui avait impliqué l’intégration des équipes de l’outil diffusion/distribution du groupe La Maritnière, avait déjà laissé des traces.

 

« Il y a eu de la concertation, des licenciements, des embauches : aujourd’hui, les équipes peuvent sérieusement vivre le rapprochement entre La Martinière et Média Participations comme un deuil... Et le prendre en pleine tête », commentait un représentant auprès d’Actualité.

 

Et dans le même temps, les éditeurs redoutaient légitimement que les équipes de représentants de la diffusion Interforum ne soient découragées. « [P]our assurer la diffusion, un éditeur a besoin d’une équipe de représentants qui soit motivée. C’est essentiel. Aujourd’hui, que vont-ils penser ? Qu’ils construisent pour donner la main aux équipes de Média Participations », s’interrogeait une maison.
 

Le sauvetage La Martinière-Seuil, un coup de massue pour Interforum


Qu’elle se rassure, si les informations communiquées en interne, et dont ActuaLitté a pu prendre connaissance sont justes, Éric Levy, directeur général d’Inteforum a assuré aux équipes que la vente Seuil/La Martinière serait sans effet immédiat. En effet, le contrat unissant le groupe à Interforum, sur la diffusion et la distribution, porterait encore sur sept années. 

 

« Tout ce qui ne tue pas renforce. Ce sera le cas, notre groupe EDITIS est bien assez fort pour amortir ce choc et nos énergies jusque-là consacrées à cet auteur vont pouvoir être mises à disposition d’autres talents et projets. Détester perdre est un bon carburant collectif pour rebondir », concluait Pierre Conte. Un carburant qui ressemble plus à l’énergie fossile qu’à celles renouvelables.

 

Sept années de contrat, voilà qui corroborerait les estimations faites, sans pour autant contredire les informations qui avançaient la date de 2020. « Media Participations n’est pas un groupe qui cherche à tout révolutionner d’un coup : on voit plutôt le PDG, Vincent Montagne, prendre son temps », estime un proche du dossier.

 

En somme, l’analyse à faire serait plutôt la suivante : une diffusion/distribution exclusive jusqu’en 2020 pour Interforum et par la suite des tranches qui disparaîtront du contrat progressivement, jusqu’en 2024. « C’est d’autant mieux que cela laisse plus de temps pour voir venir et s’adapter à l’évolution qu’il faudra prendre. »