Éducation aux médias, et autres projets républicains

Cécile Mazin - 23.01.2015

Edition - Société - education médias - Fleur Pellerin - Najat Vallaud Belkacem


L'Éducation artistique et culturelle comptait parmi les priorités d'Aurélie Filippetti, alors au ministère de la Culture. Fleur Pellerin a choisi de poursuivre cet engagement, et fort logiquement, elle introduit l'éducation aux médias, ainsi que les initiatives culturelles. Pour ce faire, elle a réuni les directeurs des DRAC pour instaurer « une plus grande présence culturelle dans tous les territoires encore trop éloignés de la culture ». 

 

 

Reconstitution d'une salle de classe

Frédéric BISSON, CC BY 2.0

 

 

Quartiers prioritaires, zones rurales ou périurbaines, Fleur Pellerin a choisi de s'attaquer aux « zones blanches de la culture », et préparer l'avenir. Rappelant que cette culture forme le socle commun de la société, elle porte donc l'accent sur l'EAC, tout en introduisant l'éducation aux médias. « Cela portera également sur une meilleure prise en compte de la diversité des pratiques et des modes d'accès à la culture de la jeunesse, intégrant notamment la place prise par le numérique. »

 

Artistes et professionnels ont déjà émis des propositions spontanées, permettant « de réaliser des progrès concrets et rapides ». Et de s'appuyer sur la réforme des rythmes scolaires, ainsi que les contrats de villes, qui représentent des moyens d'action pour les services du ministère. La rue de Valois a par ailleurs assuré que le dégel des crédits en faveur de la transmission des savoirs, promis par Manuel Valls en janvier, serait « consacré à cet intense effort de mobilisation ». 

 

Au cours des prochaines semaines, Fleur Pellerin, le dispositif de soutien aux médias, encore au stade expérimental, reprendra du service. Des fonds pour les radios associatives, favorisant les initiatives citoyennes, et le fonds pour le développement de la presse, servira à la création d'« outils innovants d'éducation aux médias sur le territoire ». 

 

Le ministère de la Culture avait soutenu, pour sa 26e édition, La semaine de la presse et des médias dans l'École, visant les jeunes citoyens :

La diffusion massive et rapide, voire instantanée, de l'information par les médias placent en effet les mots et les images au cœur d'une chaîne de responsabilité qu'il convient de décrypter : l'éducation aux médias intègre de facto pleinement ce travail de réflexion sur le rôle de l'écrit et des autres supports dans l'information.    

L'Éducation aux médias, c'est un enjeu également déployé par la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Dans le cadre des 16 mesures pour l'école, présentées le 22 janvier, les médias entreront de plain-pied dans le plan pour favoriser l'éducation. Pour améliorer le décryptage de l'information, la ministre souhaite que les élèves soient sensibilisés – le tout dans le cadre des 300 heures destinées au parcours citoyen. 

 

Bien entendu, l'attentat survenu à la rédaction de Charlie Hebdo appelait une réaction des différents ministères. Sauf que l'éducation aux médias, dans le système scolaire, existe déjà – sans disposer peut-être de l'encadrement nécessaire. Laissées à la libre appréciation des enseignants, ces initiatives personnelles n'avaient alors pas vraiment le vent en poupe. C'est que la numérisation et les technologies pédagogiques numériques prenaient une ampleur plus grande dans les classes, comme le rappelle Savoirs & Connaissances.

 

Si l'école est invitée à faire montre d'une grande mobilisation, pour défendre et transmettre les valeurs de la République, assurait Najat Vallaud-Blkacem, la formation des enseignants eux-mêmes devrait suivre. Dès la rentrée 2015, les élèves du primaire au secondaire profiteront d'un enseignement moral et civique, doublé de l'éducation aux médias et à l'information. 1000 enseignants seront spécifiquement formés pour ce faire.

 

Avec, en outre, un retour sur la maîtrise du français, probablement le premier pas pour arriver à se comprendre mieux.