Éducation et santé touchées dans le budget du Québec, le livre est sauf

Cécile Mazin - 30.03.2015

Edition - International - Québec budget - culture financement - édition livre lecture


Le livre restera protégé, mais la santé et l'éducation seront frappées : dans le budget du Québec, la recherche d'un retour à l'équilibre a conduit le ministre des Finances, Carlos Leitao, à quelques concessions. Mais après six années de déficit, la Belle Province retrouvera des finances plus saines. 

 

 

DSC_7455 - Quebec City

Ville de Québec - Dennis Jarvis, CC BY SA 2.0

 

 

Avec 2,35 milliards $ CA pour l'année 2014-2015, le gouvernement a promis une gestion rigoureuse. Et d'ores et déjà, les dépenses liées à la santé et l'éducation sont touchées : 32,8 milliards $ CA pour le premier, soit 1,4 % de hausse, contre 4,2 % l'année passée, et 0,2 % d'augmentation pour le domaine éducatif. Pas vraiment la panacée.

 

Cependant, le secteur du livre sera épargné : il avait été question de lever une exemption de taxe dont bénéficiait le secteur, ce qui aurait eu pour conséquence de faire grimper le prix de vente de quelques pourcents. « Le livre n'est pas un produit de consommation comme les autres et il doit continuer de jouir d'un régime fiscal particulier compte tenu de son rôle de diffuseur de la culture et du savoir. Rappelons-le, taxer les livres, c'est imposer l'ignorance », avait rétorqué une association interprofessionnelle, Sauvons les livres. (voir notre actualitté)

 

La Commission d'examen sur la fiscalité québécoise recommandait ainsi d'abolir la détaxation des livres de la TVQ. « La détaxation des livres de la TVQ a été mise en place afin de favoriser l'industrie du livre qui est au cœur de la spécificité québécoise, et afin de maintenir l'accessibilité de ce produit culturel. Pour la commission, la détaxation n'est pas le meilleur moyen d'atteindre ces objectifs. La commission considère qu'il serait plus approprié de taxer les livres et de réallouer les sommes dégagées à l'industrie du livre et à sa promotion. »

 

Le rapport Godbout, qui avait envisagé cette solution fiscale, n'a finalement pas été suivi. Le projet était de réintroduire la TVQ pour les livres, et de profiter de l'argent généré, pour assurer la promotion du livre et de la lecture, tout en venant en aide à l'industrie de l'édition. 

 

La TVQ, ou Taxe de vente du Québec ne sera donc pas remise en question. Devant l'Assemblée nationale québécoise, le ministre des Finances a en effet déposé son second budget, et aucune taxe ni hausse d'impôts n'est donc au programme, même si une hausse de la TVQ est à l'étude. En revanche, un nouveau crédit d'impôt remboursable sera mis en place pour les activités physiques, artistiques, culturelles et récréatives des aînés. 

 

Ainsi, le Plan économique propose une majoration de plusieurs crédits d'impôt qui aideront notamment la production cinématographique et télévisuelle québécoise, le doublage de films, la production de spectacles, la production d'enregistrements sonores, l'édition de livres et la production d'évènements ou d'environnements multimédias présentés à l'extérieur du Québec. Ces mesures totaliseront 85 millions de dollars d'ici 2019.

 

Dans le domaine culturel, le budget prévoit également 

  • Création du fonds Avenir Mécénat Culture, pour assurer le financement du programme Mécénat Placements Culture
  • Déploiement de la Stratégie culturelle numérique, pour que nos créateurs puissent tirer profit des nouvelles technologies pour le positionnement de leurs œuvres ici et ailleurs


Retour à la normalité, en somme, attendu que l'an passé, les crédits d'impôts avaient été rabotés de 20 % l'année passée