Éducation : les suppressions de postes font craindre le pire

Clément Solym - 03.06.2010

Edition - Société - éducation - suppressions - postes


Depuis la publication sur la place publique des nouveaux leviers que le gouvernement envisage d’utiliser pour faire tomber des postes à l’Education nationale, la polémique enfle. L’arrêt de la casse du système éducatif ne semble pas vraiment être à l’ordre du jour.

Pour la CGT, s’en est trop : le gouvernement est en train de mettre à mal l’avenir du pays tout en instaurant une politique globale complètement incohérente. Si les différents ministères concernés disent vouloir lutter contre le chômage pour mieux favoriser la reprise économique, tailler dur dans le système éducatif fait courir un grand risque à la France pour les décennies à venir.


Quand le ministère de l’Education nationale multiplie les annonces sur les plans envisagés pour faire baisser l’absentéisme, la violence à l’école ou bien encore le décrochage scolaire, la baisse du taux d’encadrement aura pour premier effet d’aggraver fortement la situation actuelle. Le gouvernement semble donc marcher sur la tête aveuglé par sa volonté unique de faire des économies.

Selon la CGT, l’éducation représente « un enjeu social en matière de lutte contre la crise et pour le plein emploi, paramètres indispensables au financement de notre protection sociale », rapporte l’AFP.

Il faut donc faire machine arrière et au plus vite afin de ne pas remettre en cause la compétitivité économique de notre pays pour les années à venir.