Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Égalité hommes-femmes dans l'édition : en 2016, où en est-on ?

Antoine Oury - 10.07.2017

Edition - Les maisons - égalité hommes femmes édition - parité édition - édition sexisme


Le rapport de branche 2017, pour le secteur de l'édition, a été communiqué aux organisations salariales pour le Syndicat national de l'édition, comme la loi l'oblige. Ce rapport aborde les métiers de l'édition à partir de plusieurs angles, comme la rémunération, la situation de l'emploi ou l'égalité hommes-femmes. Du strict point de vue de la rémunération, l'édition, sur ce plan, est équilibrée.

 
Egalité murale
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

Le rapport de branche 2017 de l'édition repose sur des données de l'année 2016, qui représentent, pour les CDI hors travailleurs à domicile, 1243 employés, dont 1003 femmes, 1265 agents de maîtrise et techniciens, dont 1013 femmes et 4688 cadres dont 3283 femmes. Le constat est le même pour les travailleurs à domicile embauchés en CDI. Ce n'est une surprise pour personne, mais l'édition est un milieu professionnel très féminin et les chiffres le prouvent une nouvelle fois.

 

Cela dit, certains postes, en 2016, restent très masculins : directeur de fabrication, directeur commercial, représentant en font partie. Pour les autres postes, on trouve en écrasante majorité des femmes, la plupart du temps.

 

D'après les données 2016 du rapport de branche, l'écart entre le salaire médian des femmes et le salaire médian des hommes, pour 27 des postes les plus significatifs, est en réalité proche de l'égalité : 0,1 % de variation, au bénéfice des femmes. Dans le détail, certains postes pâtissent malgré tout de forts écarts, au détriment des femmes comme celui d'éditeur (- 11,1 %), de cadre de fabrication (- 13,5 %), de délégué pédagogique (-13,9 %) et surtout de directeur commercial (- 25,9 %). 

 

À l'inverse, d'autres postes affichent un fort écart de salaire entre hommes et femmes, au bénéfice des femmes cette fois, comme les correcteurs (16,6 %), les directeurs de fabrication (15,7 %) et surtout les responsables des cessions et acquisitions de droits et les attachées de presse (24 % et 27,1 % respectivement).

 

Le plus haut salaire revient au directeur commercial, homme, qui touche 88.497 €/an, d'après le salaire médian de ce poste. Le plus bas revient aussi à un homme, assistant d'édition, qui touche 26.130 €/an, selon le salaire médian.

 

L'édition française a plus embauché en 2016, mais surtout en CDD

 

Si les disparités entre hommes et femmes sont moins choquantes dans l'édition, où les métiers sont particulièrement féminins, notons que les sociétés, qu'elles fassent partie d'un groupe ou non, n'engagent que rarement des « actions correctives », selon les réponses aux questions du sondage.