Égypte : 5 ans de prison pour la publication d'un livre politique

Victor De Sepausy - 26.12.2019

Edition - International - Égypte éditeur prison - roman israélien publication - Egypte Israël échanges


Le traité signe entre Israël et Égypte voilà quarante années maintient une paix agitée de soubresauts. Depuis le 26 mars 1979, le pays des pharaons reste extérieur aux conflits dans les territoires. Pour autant, publier le roman d’un auteur israélien ne va pas sans difficulté. Lesquelles aboutissent parfois à une peine de prison. 


Khaled Lotfi
 

L’éditeur égyptien Khaled Lotfi (ou Lotfy) avait fondé une maison d’édition où s’était retrouvé publié le livre d’un écrivain israélien, Uri Bar-Joseph. Dans son livre, traduit en arabe — originellement publié en anglais sous le titre The Angel: The Egyptian Spy Who Saved Israel — la thèse centrale tourne autour d’Ashraf Marwan. 

Ce dernier, gendre de Gamal Abdel Nasser, homme d’État égyptien, et second président de la République de 1956 à 1970, est accusé d’avoir travaillé pour le compte de l’intelligence israélienne. Mais plus encore : Ashraf Marwan fut également conseiller auprès d’Anouar al-Sadate, président après le décès de Nasser. 

Il est évident que l’homme eut accès à des secrets véritables, mais son rôle en tant qu’agent travaillant pour le Mossad est encore tabou. Sous le nom de code The Angel, il aurait alors fait de l’Égypte un livre ouvert pour Israël — notamment en alertant les services secrets de l’attaque égypto-syrienne, qui initia la guerre du Kippour. 

Chose étonnante, puisque l’on pointe souvent l’incapacité des services secrets israéliens dans cette affaire — et si Ashraf Marwan apparaît bien, les informations qu’il aura communiquées ne seront pas remontées assez haut…

Comme son décès, survenu à Londres en 2007, reste encore relativement mystérieux, le personnage fait l’objet de bien des spéculations.  
 

Cinq années de prison, ferme


Paru originellement en août 2016, le livre diffuserait, des informations confidentielles, ainsi que des secrets militaires — et pour l’avoir diffusé en Égypte, Khaled Lotfi a été poursuivi par les autorités égyptiennes depuis 2018. Il vient d’écoper d’une peine de cinq ans de prison, jugement rendu par la Cour de cassation, indique Mahmoud Lotfi, frère de l’éditeur, auprès de l’AFP.

« Il n’y a plus d’autres recours à part la grâce présidentielle », souligne-t-il. 



 
Les recherches d’Uri Bar Joseph reconstituent, assure l’éditeur, une histoire de Marwan méconnu, tout en jetant un éclairage sur une grande période d’instabilité dans l’histoire moderne du Moyen-Orient et de l’Égypte. L’auteur affirme même pouvoir révéler la vérité sur la mort de Marwan.

Le succès du livre est tel qu’il fut également porté sur petit écran par Netflix, dans une adaptation de 2018. Sauf que l’histoire, gentiment réécrite par les studios américains, a fait bondir les historiens et les médias égyptiens, accusant le service de streaming de réécrire les événements. 
 


En mai 2019, Khaled Lotfi reçut le prix Voltaire, récompense décernée par l’IPA, organisation internationale des éditeurs, pour saluer le courage et la défense de la liberté de publication. Il avait originellement ouvert une librairie, Tanmia Bookshop, en 2011, avant de la doter d’une maison d’édition quelques années plus tard : Tanmia a publié de nombreuses traductions de récits d’auteurs étrangers en arabe, mais aussi des œuvres originales.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.