Egypte : les éditeurs appellent au respect de leurs droits

Clément Solym - 11.02.2011

Edition - Société - egypte - respecter - droits


Le Conseil de l’Association Internationale des éditeurs (IPA) s’est réuni à Paris hier et a publié, avec l’Association des éditeurs égyptiens (EPA), une déclaration commune appelant les autorités égyptiennes à respecter le droit de publier, à enquêter sur l’assassinat du journaliste et éditeur Ahmed Mohamed Mahmoud [NdR : survenu le 3 février dernier], et de permettre la création d’un salon du livre au Caire, libre de toute ingérence.

Bjorn Smith-Simonsen, président de l’IPA, a déclaré : « Tous les éditeurs appellent les autorités égyptiennes à protéger les journalistes égyptiens et étrangers, les écrivains, éditeurs et maisons d'édition dans l'exercice de leur travail, de mettre officiellement fin à toute forme de restrictions à l'importation et à la circulation de livres en Égypte, et de lancer une enquête immédiate et indépendante au sujet des attaques contre les journalistes, les photographes et les maisons d'édition en janvier et février, en particulier pour identifier et poursuivre les responsables de la mort de Ahmed Mahmoud Mohamed Editeur ».


Ce à quoi YoungSuk « Y. S. » Chi a ajouté : « La situation actuelle en Égypte, la plus grande nation du monde arabe, constitue une occasion unique de transmuer les restrictions de publication et d'expression. Comme cette transformation a lieu, les éditeurs du monde entier espèrent assister à l'émergence d'un système de publication libre et indépendante. L’IPA tient également à féliciter ses membres égyptiens et l’Association des éditeurs égyptiens, pour sa mise en place d'une liberté nationale, sa lutte pour la liberté de publier. Et l’IPA espère que les éditeurs de la région vont emboîter le pas à ce mouvement ». (Via Publishing Perspectives)

Enfin, Ibrahim El Moallem, vice-président de l’IPA, attaqué la semaine dernière par des partisans de Moubarak, a déclaré : « Pendant de nombreuses années, les Égyptiens ont subi des violations des droits humains essentiels, comme la liberté de publier et la liberté d'expression. » 

Et de conclure : « La révolution actuelle a été initiée par la jeunesse égyptienne qui se réapproprie l'intégrité du pays, est prête et, je crois, en mesure de prendre le contrôle de son propre destin. La situation actuelle en Égypte présente une opportunité incroyable pour moi et mes collègues égyptiens de rétablir les droits que nous méritons. Je suis reconnaissant aux éditeurs du monde pour leur soutien. »