Egypte : Un éditeur accusé de sabotage pour son soutien aux manifestants

Clément Solym - 23.12.2011

Edition - International - Egypte - éditeurs - gouvernement


L'Union internationale des éditeurs vient d'appeler le gouvernement égyptien à cesser ses attaques contre les éditeurs du pays, et à respecter les droits civils et la liberté d'expression la plus élémentaire. 

 

Selon les actuels dirigeants égyptiens, plusieurs éditeurs du pays auraient prêté main-forte aux manifestants de la place Tahrir durant les nombreux mouvements de foule qui sont intervenus ces derniers temps. Pour l'Union des éditeurs, l'attitude adoptée par les autorités n'est pas tenable. Et de rappeler surtout que la liberté de publier compte parmi les droits essentiels, découlant de la liberté d'expression. 

 

Jens Bammel, secrétaire général de l'UIE s'explique : « L'Union est solidaire de l'Association des éditeurs égyptiens, et condamne la manière dont l'éditeur Mohamed Hachem est attaqué. Elle invite les autorités transitoires égyptiennes à respecter leurs obligations internationales en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. »

 

 

En outre, les accusations portées par le gouvernement imputant aux éditeurs du pays « à travers leurs activités d'édition ou autres » d'avoir contribué aux manifestations, sont fausses. À leur mesure, les éditeurs n'ont que pacifiquement contribué à ces mouvements sociaux, et avant tout pour assurer l'instauration « d'un régime démocratique dans leur pays ».

 

À l'occasion d'une conférence de presse du 19 décembre dernier, le général Adel Emara, membre du Conseil des forces armées, a dénoncé le comportement de Hachem, comme celui d'un traître, accusant l'éditeur de « sabotage ». Ce dernier avait en effet fourni des casques et des couvertures aux manifestants réunis sur la place Tahrir. Immédiatement après, des dizaines de ressortissants égyptiens, auteurs, éditeurs et même l'ancien ministre de la Culture ont signé une déclaration rejetant toute faute, et apportant leur plein soutien à l'éditeur. 

 

Hachem avait du publiquement assuré de ses bonnes intentions. 

 

Mohamed Hachem est propriétaire et gérant de la maison Dar Merit, un éditeur indépendant créé au Caire en 1998. Il a été salué notamment pour des publications dans les domaines de la littérature arabe. Selon l'UIE, il incarne les principes de la libre pensée et de la liberté d'expression. 

 

Hachem a assuré pour sa part qu'il continuerait de soutenir la révolution, comme il l'a fait depuis le mois de janvier. « Ceux qui peuvent tuer des médecins qui guérissent les blessés, peuvent également accuser ceux qui aident les blessés. Je ne m'atterêterai pas de fournir de l'aide, c'est mon rôle dans la révolution. » 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.