Egypte : un éditeur reflète les mutations du pays

Clément Solym - 03.05.2010

Edition - Société - portrait - editions - auteurs


« Nous ne pouvons pas rivaliser avec les grandes firmes en termes de profits, mais la nouvelle vague d'auteurs sera toujours assise là. Oui, nous avons une pauvreté et des ressources limitées. Mais nous avons aussi l'avenir. »

Si ça, ce n'est pas un chant d'espoir, difficile de lui donner une autre définition. D'autant que le portrait réalisé par le Guardian de l'éditeur Mohamed Hashem ressemble vraiment à celui de la maison artisanale, faite de bouts de chandelles et de morceaux de papier. Un paradoxe certain, alors que sa maison est l'une des plus récompensées au Moyen-Orient et que le paysage culturel nouveau de l'Égypte semble ancré dans ses publications.

Voilà 12 ans que l'éditeur a mis les pieds dans l'univers du livre, en réaction à un microcosme étouffant dans lequel Hashem se noyait. Alors est arrivé Merit publishing, qui a fait débouler quelques grands noms de la littérature égyptienne - dont Alaa al-Aswany, refusé par deux maisons d'édition étatiques.

Une attitude qui est devenue une habitude : donner la parole aux auteurs que le gouvernement refuse, pour alimenter cette nouvelle vague de production et de création locales. « Merit a changé la manière dont émergent les pionniers de la littérature en Égypte », explique Hamdi Abou Golayyel, un des auteurs maison. On est alors passé de cinq ou six auteurs par génération, dans les années 60/70, et toujours dans des cercles assez restreints, à une écriture que les gens attendent, désirent aujourd'hui.

Merit incarne le catalyseur d'un renouveau libre, qui reflète lui-même l'évolution de la société égyptienne. Ce qui était auparavant considéré comme des écrits périphériques s'impose comme l'essence de la production contemporaine. Avec 30 % de la population qui est analphabète - et une tradition à la peau dure, rapportant qu'un Égyptien lit un quart de page de roman chaque année - le défi est d'envergure.

Merit a déjà publié cinq titres depuis le début de l'année, et possède un catalogue de 600 ouvrages désormais. « C'est mon devoir d'essayer et d'élargir ce cercle », conclut l'éditeur.