Eleanor Catton, Booker Prize, critique le traitement réservé aux auteures

Antoine Oury - 17.10.2013

Edition - International - Eleanor Catton - Booker Prize - sexisme


La lauréate du Man Booker Prize, Eleanor Catton, récompensée pour son livre The Luminaries, a évidemment eu l'occasion de s'exprimer à l'envi dans les médias. Pour l'auteure de 28 ans, ce fut une libération et la chance de rappeler quelques vérités que l'édition et les médias ont tendance a gentiment passer sous silence. La place des auteures et le traitement qui leur est réservé, dans l'ensemble sexiste, serait une quasi-habitude.

 


Emergency sexist

adactio, CC BY 2.0

 

 

 Forcément, en tant que plus jeune lauréate du Booker Prize, pour un ouvrage de plus de 800 pages, Eleanor Catton a eu droit à une visibilité médiatique sans précédent, qu'elle a mis au service de la défense de ses pairs. « J'ai remarqué que l'on demandait aux auteurs ce qu'ils pensaient, et aux femmes ce qu'elles ressentaient », souligne Catton.

 

« D'après ma propre expérience, et celles des autres auteures, les questions pendant les entretiens sont toujours axées autour de la chance qu'elles ont d'être ici », et les entretiens ne seraient que trop rarement axés sur les idées de l'auteure, ses positionnements politiques ou philosophiques.

 

La remise du Booker pour The Luminaries aurait même conduit à une double peine pour l'auteure, dénigrée parce qu'elle était femme, qui plus est de moins de 30 ans. En Nouvelle-Zélande, son pays d'origine, certaines réactions auraient été particulièrement violentes.

 

(via The Guardian)