Élections en Israel : contre Nétanyahou, Amos Oz rejoint la nouvelle gauche

Clément Solym - 17.11.2008

Edition - Société - Amos - Oz - Netanyahou


Une trentaine d'intellectuels et de personnages publics israéliens ont choisi de forger un parti politique pour tenter de contrer le parti Likoud, mouvement sioniste, orienté droite libérale, conservatrice et nationaliste. Et l'écrivain Amos Oz a décidé de se joindre à eux.

C'est dans le journal Haaretz qu'il s'est un peu expliqué sur ce choix : « J'espère que l'élargissement du mouvement parviendra à remplacer le parti travailliste. Ce dernier en a terminé avec son rôle historique. » En 2006, Shimon Peres, ancien travailliste, avait justement rejoint le mouvement fondé par Ariel Sharon.

Et selon Amos Oz, les travaillistes rallient n'importe quelle formation aujourd'hui, privés de programme et d'identité. Pour Ami Ayalon, « le parti travailliste est un corps qui ne recherche pas de vie politique, et ne combat pas pour sa survie ». L'ancien chef de l'agence de renseignement du pays a démissionné hier et devrait rallier le parti centriste le Kadima.

Redoutant que le mouvement regroupé autour de Benjamin Nétanyahou ne remporte la victoire pour les élections de février, ce nouveau parti souhaite redonner à la gauche une existence et une consistance. Cette Nouvelle gauche démocratique est également constituée de David Grossman, ancien président du Knesset.