Élections européennes : Alexandre Jardin en soutien aux Gilets jaunes

Nicolas Gary - 27.12.2018

Edition - Société - alexandre Jardin politique - Gilets Jaunes Europe - élections européennes France


Il n’a jamais caché ses préoccupations sociales ni ses divers engagements politiques : Alexandre Jardin est aux côtés des Gilets jaunes, pour composer une liste en vue des élections européennes. Après des semaines de manifestations, voici le pendant électoral qui se dessine. 

Gilets jaunes
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

« Depuis vingt ans, je lutte pour que les citoyens pèsent », rappelle le romancier – manière de souligner qu’il n’en est pas à son galop d’essai en la matière. Voilà des semaines d’ailleurs qu’il apporte un franc soutien au mouvement des Gilets jaunes, au point de venir en aide, comme il l’indique, pour la constitution d’une représentativité politique.

 
Aux côtés de l’une des figures médiatiques du mouvement, Jean-François Barnaba, l’écrivain se retrouve dans un projet qui cherche à « modifier en profondeur un système où tout le pouvoir est à Paris et où le citoyen n’existe pas pendant la durée d’une législature ». 
 
Mais pas question de devenir, comme il l’avait tenté lors des présidentielles de 2017, une figure de proue. Il s’était pourtant lancé un peu avant les fêtes de 2016, avec cet appel qui aujourd’hui résonne étrangement : « Le pays est dans la merde. » Le mouvement, Les Citoyens, avait alors placé en lui les espoirs d’un renouveau, mais le candidat n'était pas parvenu à recueillir les 500 signatures de maire, indispensables.
 


Pour l’instant, la liste des Gilets jaunes est en cours de constitution, sans véritable perspective sinon que de franchir le cap des ronds-points pour aboutir aux urnes. Un récent sondage Odoxa indique que 8 % des Français adhéreraient à un projet Gilets jaunes. Mais le parti de Marine Le Pen, le Rassemblement national, resterait à 21 %.


via Paris Match


Commentaires
Faire vivre au quotidien une démocratie populaire, avoir un comportement écologique n’est pas un phénomène de mode. Cependant, je pense que ces préoccupations resteront en périphérie si elles ne s’affranchissent pas d’une position sectorielle pour répondre, dans un ensemble cohérent, aux attentes des Français. Actuellement, le désir de se faire entendre et l’écologie sont utilisés comme des faire-valoir puisque dans son train de propositions chaque parti politique réserve un wagon à l’écologique et à l’expression citoyenne.

L’approche de ces questions commence par un questionnement honnête et réaliste.

Pendant combien de temps encore pourrons-nous prendre à la terre plus qu’elle ne peut donner ? L’écologie serait-elle synonyme de régression sociale… ?

L’utilisation d’un système verticalisé, centralisateur et déconnecté des réalités mal vécues par l’ensemble s’avère être à l’origine d’inégalités flagrantes. Face à ce système, nous devons organiser des actions territoriales transversales démocratiques et participatives.

Ce qu’il faut au peuple français ce sont plus des porte-paroles que des représentants.

Pourquoi cette nouvelle vision de la société :

Parce que l’on ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendrée.



Mais ce sont là des thèmes généraux et les aborder en détail pourrait décourager bon nombre de lecteurs. C’est pourquoi je souhaite m’en tenir à un point précis.



En tant que Normand, je pense qu’il serait temps dans l’intérêt du plus grand nombre, pour assurer l’équilibre des territoires, lutter contre la concurrence déloyale et participer activement à la diminution des gaz à effet de serre d’examiner la possibilité de construire un pont réservé au trafic ferroviaire enjambant la Seine entre Rouen et Le Havre. De façon à réaliser une ligne moderne qui relierait ces deux métropoles à Caen puis à Rennes. À moins de se satisfaire de voir des trains de camions emprunter gratuitement l’autoroute des estuaires (sans même s’arrêter en Normandie).

Il est légitime de se demander en quoi cette proposition concerne l’Europe.

Simplement parce qu’il existe une Commission européenne qui examine des projets dans le cadre des “autoroutes de la mer”. Notamment les parcours routiers qui relient Hambourg à Madrid en passant par la Normandie. Une ligne ferroviaire Lille, Amiens, Caen, Rennes, Nantes, bordeaux… pourrait satisfaire le réel besoin d’un transport propre de marchandises et de voyageurs sur des parcours communément empruntés.

La SNCF ne peut plus se contenter de rester l’autoroute ferroviaire réservée à Paris et à ses métropoles.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.