Élections : la mairie du 20e bourre d'urnes la médiathèque Marguerite Duras

Antoine Oury - 21.03.2017

Edition - Bibliothèques - médiathèque Marguerite Duras - Marguerite Duras élections - bureau de vote 20e Paris


Les élections présidentielles s'approchent et, à la médiathèque Marguerite Duras, dans le 20e arrondissement de Paris, la tension monte. La mairie souhaite en effet organiser les scrutins des deux tours présidentielles dans l'enceinte de l'établissement. Alors que celui-ci reste ouvert aux usagers. Les personnels dénoncent une prise de risques inconsidérée.

 

Rue de Bagnolet, médiathèque Marguerite Duras

La médiathèque Marguerite Duras (David Fleg, CC BY 2.0)

 

 

En décembre 2015, pour les élections régionales, l'équipe de la médiathèque Marguerite Duras avait fermé les yeux : elle avait accepté d'accueillir en ses murs l'organisation des deux scrutins, tout en assurant le service aux usagers. En 2017, la mairie du 20e « a désigné la médiathèque Marguerite Duras comme bureau de vote, cette fois pour les élections présidentielles et législatives d’avril-juin 2017 », ce qui représente donc 4 dimanches pour lesquels l'établissement se transforme en bureau de vote.

 

Une bibliothèque comme bureau de vote, pourquoi pas, puisque des écoles sont réquisitionnées à cette fin. Sauf que « les lieux de vote en France sont habituellement fermés au public », signale l'équipe de la médiathèque dans un courrier envoyé à la direction des Affaires culturelles et au Bureau des bibliothèques de la Ville de Paris, dont ActuaLitté a pu prendre connaissance.

 

« Depuis l'annonce de cette réquisition, on assiste à une véritable fronde », nous indique un proche du dossier. C'est bien l'ouverture maintenue de l'établissement ces quatre dimanches qui irrite les personnels, dans un contexte où l'ouverture du dimanche de bibliothèques parisiennes a suscité une lutte sociale sans précédent avec la mairie de Paris.

 

« Préoccupant, car la médiathèque Marguerite Duras connaît des records de fréquentation précisément les dimanches, avec une bibliothèque saturée dès 14 heures. Il faudra donc accueillir, en plus d’un public habituel déjà très exigeant et avec une équipe réduite (10 titulaires, 12 étudiants), des scrutins nationaux à très forte participation », indique l'équipe de la médiathèque.

 

L'organisation de scrutins n'est pas à prendre à la légère, et nécessite une attention de premier ordre, mais c'est aussi pour des raisons de sécurité que l'équipe de la médiathèque ne souhaite pas accueillir ces scrutins : l'établissement peut accueillir au maximum 662 personnes, et l'effectif d'usagers se chiffre déjà à près de 500 personnes le dimanche.

 

« Ceci dans un contexte de plan Vigipirate en alerte maximale, où les médiathèques, comme tout lieu public, sont des cibles d’attaques potentielles », ajoute l'équipe de Marguerite Duras. Et pour cause : un projet déjoué d'attentat visait une médiathèque du réseau parisien.

 

Selon nos informations, aucune réunion préalable avec les personnels n'a eu lieu. La direction des Affaires culturelles n'a pas encore répondu à nos appels, et nous ne sommes pas non plus parvenus à joindre la mairie du 20e.

 

Les bibliothèques, “face à une attaque sans précédent contre notre métier”

 

Fait exceptionnel pour une situation qui ne l'est pas moins, les personnels annoncent qu'ils exerceront leur droit de retrait si la mairie ne propose pas une autre solution. Autrement dit, les dimanches 23 avril, 7 mai, 4 juin et 18 juin 2017, les habitants du 20e devraient peut-être éviter la médiathèque pour exercer leur droit de vote...

 

Mise à jour 16h14 :

 

La mairie de Paris a contacté ActuaLitté pour apporter des réponses et des précisions :

 

« Habituellement, ce vote a lieu dans une école catholique à proximité de la médiathèque [le Collège Privé Saint Germain de Charonne, NdR], mais elle est actuellement en travaux. Le bureau de vote a donc été déplacé dans la médiathèque en décembre 2015, mais ce ne sont pas les personnels de l'établissement qui tiennent le bureau de vote. Lors des élections régionales, le vote s'est très bien passé, il n'y a pas eu de problème.

 

Le bureau de vote n'est pas dans la salle principale de la médiathèque, mais dans une autre située à l'arrière du bâtiment, parfois utilisée pour des animations. Nous allons mettre en place un cordon pour éviter que les gens qui votent ne sortent pas de la file et ne perturbent pas le bon fonctionnement de la médiathèque. De plus, les effectifs de la sécurité ont été doublés, ce qui porte à 4 le nombre de vigiles. Sur les 4 dimanches concernés, un représentant du Bureau des bibliothèques et de la lecture sera présent en renfort.

 

Contrairement à ce qu'il est indiqué, 2 réunions ont eu lieu sur place, en présence des services des bibliothèques, du directeur général des services du 20e arrondissement, de la direction des Affaires culturelles, de la directrice du personnel, de deux représentants du personnel, de la maire du 20e et de la Direction de la Démocratie, des Citoyen.ne.s et des Territoires.

 

Nous ne souhaitons pas fermer l'établissement, car il rencontre un vif succès le dimanche, et les usagers sont heureux d'avoir accès à cet établissement et à ses services. Si nous nous étions rendus compte que la tenue du scrutin n'était pas possible, nous aurions évidemment été obligés de fermer l'établissement. À l'inverse, les services de la Ville de Paris augmentent les moyens de manière à donner cet accès aux gens et à leur permettre d'exercer leur devoir de citoyens. »