Elle critique son livre, il fait 800 km et lui fracasse une bouteille sur le crâne

Clément Solym - 13.11.2015

Edition - Justice - folie écrivain - bouteille alcool - critique négative


Richard Brittain avait publié un ouvrage racontant l’histoire d’une femme traquée, sur la plateforme Wattpad. The World Rose pouvait être lu et consulté gratuitement, prêtant le flanc à la critique, positive, comme négative. Paige Rolland ignorait tout de l’existence de cet auteur, mais a parcouru son livre. Et lui a attribué une mauvaise note, laissant un commentaire assez peu agréable. La colère est montée, et Richard Brittain a pété un câble. Et une bouteille.

 

Richard Brittainv

 

 

Paige Rolland vit en Écosse, et Brittain a ainsi fait un voyage de 800 km pour venir rencontrer son anonyme lectrice. C’était en septembre 2014 : de Bedford à Glenrothes, l’écrivain a ruminé sa vengeance et s’est rendu directement dans la boutique Asda où travaillait Paige Rolland, alors âgée de 18 ans. Après avoir traqué la jeune fille sur internet pour trouver les renseignements nécessaires, l’auteur s'est précipité, bille en tête.

 

Voici que Brittain débarque dans le magasin, se précipite dans le rayon des alcools, et s’empare d’une bouteille. Plutôt que de choisir de noyer son chagrin d’avoir enduré une critique désagréable, il va chercher Paige Rolland et s’approche d’elle, par-derrière, pour lui fracasser la bouteille sur la tête.

 

« J’ai entendu un client dire à mon collègue que quelqu’un se précipitait sur moi. Il m’a frappée avec une bouteille et s’en est allé », témoigne-t-elle. « Au début, j’ai cru que je m’étais cognée la tête sur l’étagère, et tout a commencé à tourner et virer au noir. Je me demandais comment on pouvait être aussi stupide à se heurter le crâne si fortement. »

 

L’affaire est exceptionnelle, mais le comportement violent de Brittain ne l’est pas : à plusieurs reprises, il a menacé des lecteurs sur Wattpad, et s’était même mis à suivre une femme. L’un de ses personnages, Ella Tundra, était manifestement inspiré d’une femme dont il avait lui-même affirmé qu’il l’avait suivie – pour ne pas dire harcelée. 

 

Dans le cas de Rolland, il a fallu rapidement l’amener à l’hôpital pour soigner la blessure ensanglantée qu’elle avait au crâne. Elle se trouvait à genoux, au moment où le coup l’a frappée, en train de ranger un rayonnage. Elle qui se décrit volontiers comme une jeune femme plutôt craintive, angoissée par la foule, n’en revenait pas de cette agression. 

 

« Il a frappé très fort. J’aurais pu mourir », lance-t-elle.

 

Au cours du procès, Brittain a plaidé coupable et sa libération sous caution a été refusée. Et quelque’un lui a-t-il interdit d’écrire de nouveau ?

 

(via Gawker, Daily Mail)