Emmanuel Carrère, confronté à "ses" personnages

Cécile Mazin - 12.05.2015

Edition - Société - Emmanuel Carrere - personnages roman - documentaire enquête


En juin 2013, Emmanuel Carrière signait dans Le Monde un billet, « Tu seras mon personnage ». Il évoquait alors le livre de Janet Malcolm, publié chez François Bourin, Le Journaliste et l'Assassin (traduction Lazare Bitoun). Un impératif qui a coïncidé, pour l'écrivain, avec une rencontre, et un projet de documentaire. 

 

 

 

 

Anne Plantagenêt a choisi la même orientation, « Tu seras mon personnage », pour ce tournage, réalisé avec la société de production Folamour. Pour ce faire, elle a choisi le recours au financement participatif, avec un projet à la hauteur de 30.000 €. 

 

Pour son enquête, Anne Plantagenêt a décidé de solliciter la mère d'Emmanuel, Hélène Carrère d'Encausse, mais en s'éloignant d'un portrait trop classique. « [I]l me semble plus original de mener une enquête autour des drôles de relations qu'il entretient avec ses “personnages”, d'essayer de comprendre pourquoi ça nous touche tant, et ce que ça révèle de notre époque », explique-t-elle. 

 

Cinq personnes qui furent les personnages romanesques d'Emmanuel Carrère se retrouvent ainsi devant la caméra, pour raconter leur expérience. Les hommes et femmes se succèdent alors, comme Édouard Limonov, qui déclarera lors d'un rendez-vous en librairie, à Moscou : « Carrère a écrit n'importe quoi dans son livre. »

 

Ou encore Hélène Devynck, présente dans D'autres vies que la mienne. Elle accorde une confiance non dénuée de craintes : « J'ai très peur que les mots d'Emmanuel envahissent mes souvenirs et les déforment. Mes images à moi sont forcément différentes. Or un texte, si riche et beau soit-il, est toujours plus pauvre que la vraie vie. »

 

 

 

 

Puisant à différentes sources, le documentaire s'est donc lancé avec KissKissBankBank pour arriver à financer son existence. Lyon, Paris, Moscou, ou encore Ferney-Voltaire, autant de lieux parcourus. 

 

Le projet est présenté à cette adresse. « Depuis presque 3 ans, nous courons les rendez-vous à France Télévision, Canal+ ou encore Arte. Notre projet intrigue, car c'est la première fois qu'on envisage de mettre un écrivain face à ses “personnages”. » Dans l'opération 106.000 € sont nécessaires, et 30.000 devront venir du crowdfunding.

 

Avis aux amateurs...