Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon seront au festival BD d'Angoulême

Clément Solym - 23.01.2017

Edition - Société - Emmanuel Macron Angoulême - Jean-Luc Mélenchon Angoulême - festival BD présidentielle


Le scénario fera des bulles : le prochain festival de la bande dessinée d’Angoulême fait l’objet d’attentions politiques. À quelques mois, encore, des élections présidentielles, deux candidats seront présents autour des bulles de la manifestation. Un couple étonnant, puisque souvent mis en opposition – et pourtant, ils sont les seuls annoncés.

 

Jean-Luc Mélenchon à la manifestation contre la réforme des retraites - 10 septembre 2013

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Le 44e Festival international de la BD se déroulera dans une ambiance électorale, c’est désormais acté. Ce vendredi 27 janvier, deux présidentiables se rendront au Festival de la BD d’Angoulême : la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon et En Marche d’Emmanuel Macron se retrouveront dans les rues de la ville. Pas certain qu'ils s'y croisent.

 

Un voyage plus court pour Emmanuel Macron, apprend-on, alors que Jean-Luc Mélenchon compte appuyer sa visite, avec différentes annonces, relatives au programme présidentiel. L’une des questions en suspens est de savoir qui viendra avec Flixbus, l'opérateur des fameux bus Macron...

 

Au menu, pour les deux hommes, difficile de ne pas visiter l’exposition Valerian, celle consacrée à Herman, ou encore, l’expo du scénariste Loo Hui Phang. Et attendu que le Musée ouvre très largement ses portes à Will Eisner, inventeur du roman graphique, le passage sera probablement obligatoire.

 

Le candidat d'Europe Écologie Les Verts, Yannick Jadot, sera également présent, le 27 janvier, pour remettre le prix Tournesol, une institution en marge du FIBD depuis 1997. La récompense salue en effet un album sensible aux problématiques écologiques ou le plus porteur de valeurs comme la justice sociale, la défense des minorités et la citoyenneté. Il fut créé à l’initiative du parti EELV.

 

Le ministère de la Culture en déplacement

 

Les deux candidats passeront juste après Audrey Azoulay, dont le voyage à Angoulême a été confirmé ce 23 janvier. Pour la ministre, l’enjeu est différent : la rue de Valois a décidé, depuis la fronde des éditeurs BD, de prendre parti dans la réorganisation de la manifestation. La constitution d’une nouvelle association impliquant les différents acteurs et partenaires (collectivités publiques et organisations professionnelles) est en effet sur les rails.

 

« Cette nouvelle association, qui sera une structure légère, permettra d’assurer une meilleure coordination et une meilleure implication des partenaires dans les orientations importantes du festival et dans l’utilisation des moyens financiers qui lui sont alloués », assurait le ministère de la Culture.

 

Les actuels organisateurs n’ont pas vraiment goûté à sa juste valeur le message du ministère : la présidente de l’actuelle association, Delphine Groux, et Franck Bondoux, gérant de 9e Art +, y sont allés de leur petit message. Leurs deux structures regrettent que la communication du ministère de la Culture puisse parasiter la manifestation et sa programmation. On devra attendre la fin de l’édition 2017 pour en savoir plus...

 

Les candidats invités à prendre position sur le livre

 

L’après-Angoulême restera tout de même politique : le Syndicat national de l’édition va en effet entreprendre une campagne spécifique auprès des différents candidats à l’élection. Un questionnaire sera présenté mi-février à chacun des présidentiables, traitant de thématiques chères à l’industrie du livre, et spécifiquement aux éditeurs.

 

Vincent Montagne, président du SNE, l’avait rappelé, « il sera difficile d’échapper à l’élection présidentielle ». Chacun des candidats, ainsi que les équipes gouvernementales nouvelles par la suite, seront « sensibilisés aux enjeux de notre profession ». Le travail commence.

 

Lors des précédentes élections, le bureau du SNE avait présenté un livre blanc aux candidats, avec une liste de recommandations relatives au livre et l’édition. Cette année, l’approche est différente, et destinée « à impliquer les candidats à travers des réponses qui les engageront leur politique en matière de livre », apprend-on.