Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Emmanuel Macron : “Nous devons défendre les droits d'auteur”

Antoine Oury - 26.09.2017

Edition - International - Emmanuel Macron - Europe droits d'auteur - Macron numérique droits d'auteur


Emmanuel Macron s'exprimait aujourd'hui au micro du grand amphithéâtre de la Sorbonne, à Paris, pour « refonder l'Europe ». Un discours en six clés, avec, notamment, la défense, la politique étrangère, l'agriculture ou encore le numérique, qui a amené le chef de l'État à s'exprimer sur un sujet sur lequel l'Union européenne travaille depuis plusieurs mois : les droits d'auteur.


Emmanuel Macron à la tribune (capture d'écran France Info)

 

Parmi les leviers pour « refonder l'Europe », Emmanuel Macron relève le numérique : « L'Europe doit prendre la tête de la révolution numérique en entamant une innovation radicale et en attirant les champions du numérique », a expliqué le président de la République en soulignant que l'espace européen devait se donner les moyens de faire émerger des champions du numérique européens, pour ne pas laisser le champ aux seuls GAFA, Google, Amazon, Facebook et Apple.

 

Depuis plusieurs mois, l'Union européenne travaille à une réforme du droit d'auteur, évoquée comme une destruction en règle des droits des auteurs ou comme l'opportunité de réformer un modèle de propriété intellectuelle dépassé à l'heure du numérique, selon les commentateurs. Après avoir évoqué le respect des libertés individuelles et des données privées qu'il fallait imposer aux géants du numérique, le président s'est saisi de la question.

 

Réforme du droit d'auteur en Europe : six États membres sonnent l'alarme

 

« La France a commencé avec ses partenaires à pousser une initiative : celle de la taxation de la valeur créée là où elle est produite, qui nous permettra de repenser profondément notre système fiscal », a d'abord rappelé Emmanuel Macron, une mesure destinée à lutter contre l'optimisation fiscale, mais qui pourrait aussi changer la répartition de la valeur tirée de l'accès aux œuvres culturelles : les plateformes d'accès sont en effet critiquées pour la captation de la valeur qu'elles auraient mises en place, au détriment des créateurs et producteurs.

 

Le président de la République va plus loin, en défendant le droit d'auteur, « qui, excusez moi l'expression, n'a rien de ringard » et reste nécessaire, selon lui, pour assurer « la juste rémunération de toutes les formes de création », a-t-il précisé devant le cinéaste Costa-Gavras, qui a fait du sujet un combat personnel.

 

Le piratage sans effet sur les ventes : l'étude enterrée, car gênante pour l'Europe ?

 

Ne promettant pour le moment rien d'autre que de la fermeté face aux acteurs numériques, Emmanuel Macron a également évoqué la culture européenne : « Notre fragmentation n'est que superficielle : au lieu de déplorer le foisonnement de nos langues, nous devons en faire un atout », a-t-il souligné. « Chaque étudiant devra parler au moins 2 langues européennes d'ici 2024 », a précisé Macron, en proposant la mise en place d'un réseau d'universités d'Europe, lieux d'innovations pédagogiques ouverts aux étudiants européens. L'objectif serait d'en construire au moins une vingtaine d'ici 2024.

À partir de 44:45, le passage du discours sur le droit d'auteur :