Emploi : diplômes et langue comptent pour les immigrés

Clément Solym - 06.11.2009

Edition - Société - emploi - immigrés - france


L'Insee a mené une étude auprès des immigrés arrivés en France après l'âge de 18 ans pour évaluer leur modalité d'accès à l'emploi. En 2008, l'Insee a noté que les immigrés étaient plus nombreux à être touchés par le chômage que les non-immigrés.

Ils sont 57 % à avoir trouvé un travail contre 69 % des non-immigrés. Les raisons majeures à cette disparité sont le manque de diplômes (ou des diplômes non reconnus) et des difficultés avec la langue.

Pratiquement la moitié des immigrés n'ont aucun diplôme ou un diplôme d'enseignement primaire. Un quart des immigrés sondés ont un diplôme d'enseignement supérieur, proportion identique aux non-immigrés.

L'Insee met en évidence qu'à diplôme équivalent, il existe un écart « important » entre immigrés et non-immigrés au niveau de l'accès à l'emploi. Un écart qui devient même « très élevé pour les diplômés du supérieur ».

La maîtrise du français est aussi un facteur à prendre en compte, au niveau du travail, relate l'AFP. Pour les immigrés dont le français n'est pas la langue maternelle (ils sont 84 % des sondés), 19 % se déclarent gênés par la maîtrise de la langue, un tiers dit avoir des problèmes pour écrire une lettre et 48 % déclarent des difficultés de lecture.

Une tendance qui pourrait être un peu contrebalancée par les formations au français. 41 % des immigrés se sentant gênés par la maîtrise du français pour travailler ont suivi une formation dans les deux ans après leur arrivée.