Empoisonnement : l'arsenic aurait tué Jane Austen

Clément Solym - 15.11.2011

Edition - International - austen - arsenic - ashford


Presque 200 ans après sa mort, la mort de Jane Austen à un âge prématuré reste un mystère. Plusieurs théories ont été émises quant à la cause de son décès, allant du cancer à la maladie d'Addison.

 

Une auteure de polar vient d'en dévoiler une nouvelle : Jane Austen, morte à l'âge de 41 ans en 1817, aurait été tuée par empoisonnement à l'arsenic. Il y trois ans, Lindsay Ashford emménagea dans le village natal d'Austen, Chawton, pour commencer l'écriture d'un nouveau polar, dans l'ancienne maison du frère d'Austen.

 

 

C'est en parcourant avec attention des lettres de correspondance de Jane Austen que Lindsay Ashford remarqua que l'auteure y décrit des symptômes similaires à l'empoisonnement par arsenic.

 

« Je vais vraiment mieux à présent et je retrouve un peu de mon teint, qui était assez mauvais, noir et blanc, et de toutes les mauvaises couleurs. »


Lindsay Ashford explique alors qu'en tant qu'auteure de polar, elle a fait beaucoup de recherche sur l'arsenic, c'est pourquoi il ne lui fût pas difficile de faire le lien rapidement en parcourant ces lignes.

 

« Quand on étude la liste de ses symptômes et qu'on la compare avec les symptômes de l'arsenic, il y a une corrélation incroyable », explique Lindsay au Guardian. « Je suis surprise que personne n'y ait pensé auparavant, mais je ne pense pas que les gens réalisent à quel point l'arsenic était consommé comme un médicament. » poursuit-elle.

 

De plus, il est bien possible que Jane Austen ait été empoisonnée par quelqu'un et non par accident, comme le suggère Ashford dans son roman La mort mystérieuse de mademoiselle Austen.

 

Au XIXe siècle, beaucoup se servait de l'arsenic comme une arme pour assassiner, jusqu'à ce que le test Marsh puisse révéler les traces d'arsenic dans le corps humain en 1836.

 

De pus, selon Ashford, l'ancien président de la société Jane Austen en Amérique du Nord lui aurait révélé que des dépôts d'arsenic furent trouvés dans une mèche de cheveux de Jane Austen qui appartenait à un couple américain.

 

Voilà peu encore, la dernière théorie penchait pour une tuberculose, qui aurait emporté l'auteure.