Emprunter un robot plutôt qu'un livre à la Chicago Public Library

Julien Helmlinger - 16.05.2014

Edition - Bibliothèques - Technologie - Programmation - Informatique


Que l'on se rassure, le modèle Terminator n'est pas encore développé dans l'optique de frapper aux portes des lecteurs qui auraient oublié de rapporter leurs livres en bibliothèques. Mais tandis que les services de prêt semblent transiter vers un nouvel âge, la Chicago Public Library propose désormais 500 robots programmables en plus de ses bouquins. Il s'agit des Finch, petites machines inventées par la Carnegie Mellon University, offertes à la bib par Google, et qui se destinent à l'initiation du public aux joies de la programmation.

 

 

 

 

Ce nouvel outil se prête autant à l'enseignement de la programmation, qu'à sa pratique. Le Finch est compatible avec plus d'une douzaine de langages de programmation parmi les plus couramment utilisés. On l'utilise couplé avec son propre ordinateur, et l'on peut ainsi apprendre à coder le robot afin qu'il s'allume, se déplace, voire qu'il dessine... Son usage serait si simple qu'il conviendrait aux enfants scolarisés en cours élémentaire.

 

Le chef du bureau de Google Chicago, Jim Lecinski, explique qu'en lançant ce projet il s'agit d'« inspirer la prochaine génération de techniciens comme d'informaticiens. Obtenir des élèves qu'ils soient enthousiasmés par l'informatique dès l'école primaire ou secondaire est essentiel ». Essentiel pour Google, évidemment, mais pas que.

 

Ci-dessous la vidéo de présentation de la machine, en trois minutes :

 

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.