En 2016, des moyens augmentés pour Lire en Short

Nicolas Gary - 02.12.2015

Edition - Economie - Lire en Short Fleur Pellerin - ministre SPLJ15 - lecture jeunesse


Au cours de la matinée, la ministre de la Culture s’est rendue au Salon du livre de Montreuil, avec notamment un long passage dans l’exposition consacrée à Alice au pays des merveilles. L’année passée, la manifestation Lire en short avait été annoncée en fanfare. Pour 2016, Fleur Pellerin a confirmé que son ministère augmenterait les moyens du CNL pour assurer la réussite de la prochaine édition. 

 

IMG_3670

Fleur Pellerin - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

La reconduction de Lire en short était déjà actée alors même que la première édition s’achevait. Au cours du Conseil des ministres, Fleur Pellerin réitérait son engagement. Cependant, la question cruciale est celle du financement : le Centre National du Livre avait abondé à la hauteur de 500.000 € pour que l’Acte I se déroule. Mais aujourd’hui, le budget 2016 est encore en discussion, et des arbitrages économiques doivent s’opérer. 

 

Organisée à l’initiative de la Ministre par le Centre national du livre, avec le soutien du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, la manifestation avait rassemblé du 17 au 31 juillet plus de 1600 événements à travers la France. Donner le plaisir de lire était « tout le sens de l’opération lire en Short que nous avons organisée cet été, et dont nous avons tiré un bilan extrêmement favorable. Je remercie d’ailleurs beaucoup Sylvie Vassallo, qui est la directrice de ce Salon de Montreuil, qui a coorganisé cette fête », indique la ministre.

 

Pour sa prochaine édition, « Lire en Short sera financé, mais bénéficiera de moyens encore plus conséquents », explique-t-elle à ActuaLitté. Rappelant que l’année passée, elle avait pris ses fonctions en septembre, avec « assez peu de temps, pour dégager des financements sur le budget du ministère ». Pour 2016, elle prévoit « d’augmenter les moyens de cette opération, qui a touché l’an dernier 300.000 jeunes ». 

 

Avec des centaines de manifestations partout en France, Fleur Pellerin s’engage et souhaite qu’il y ait encore plus d’opérations à même de séduire les jeunes publics. 

 

IMG_3420

ActuaLItté, CC BY SA 2.0

 

 

« Sur les ressources du CNL, c’est un sujet dont je suis tout à fait consciente, et dont on parle depuis plusieurs mois. Ces recettes sont assises sur une taxe dont le rendement est en train de baisser. Nous sommes en train de réfléchir pour voir quelles ressources plus pérennes il est possible d’assurer au CNL. »

 

Et de poursuivre : « Il n’est évidemment pas question que ces ressources diminuent, à un moment où la lecture, la lecture publique, nos réseaux de librairies, de bibliothèques et l’édition de littérature, notamment de littérature jeunesse, sont des priorités aussi fortes. »

 

Pas de date encore communiquée et l’on reste d’autant plus circonspect sur l'enthousiasme manifesté. L’année passée, durant une conférence donnée à Montreuil – et non un simple point presse presque improvisé – les dates précises avaient été dévoilées, avec un grand appel à l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre. La ministre présentait alors, « au cœur de l’été, une grande fête nationale de la littérature jeunesse ».