En 2019, 6 millions de Français ont une carte de bibliothèque

Antoine Oury - 20.11.2019

Edition - Bibliothèques - inscrits bibliotheques 2019 - bibliotheques frequentation france - france bibliotheques


Chaque année, les ministères de la Culture et de l'Enseignement supérieur publient les chiffres des inscriptions en bibliothèques, ce pour calculer le montant de la part de la rémunération au titre du prêt en bibliothèque à la charge de l'État. De 2018 à 2019, les statistiques n'évoluent pas énormément, puisque l'on retrouve à nouveau un peu plus de 6 millions de Français inscrits dans une bibliothèque publique.

Médiathèque Alexis de Tocqueville de Caen
La médiathèque Alexis de Tocqueville, à Caen (photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


La tendance à la hausse des inscriptions observée ces dernières années se stabilise, puisque le volume d'inscrits dans une bibliothèque publique reste peu ou prou similaire entre 2018 et 2019 : 6 032 051 cette année contre 6 027 623 il y a un an

À ceux-là s'ajoutent les usagers inscrits dans les bibliothèques des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel et des autres établissements publics d'enseignement supérieur relevant du ministre chargé de l'enseignement supérieur, qui sont 1 040 695 en 2019 (contre 1,03 million en 2018).

Enfin, on compte 241.282 personnes de plus dans le total, inscrites dans les autres bibliothèques accueillant du public pour le prêt.

Pour rappel, ce relevé permet donc de calculer la part de l'État dans la rémunération au titre du prêt des livres en bibliothèques. En effet, auteurs, éditeurs ou traducteurs ne peuvent s'opposer au prêt de leurs livres dans les établissements : « En compensation, il perçoit une rémunération et une retraite complémentaire financées par les fournisseurs de livres et l’État. Les libraires et les organismes de prêt sont tenus de déclarer les ventes et achats d’ouvrages à la Société française des intérêts des auteurs de l’écrit (Sofia) chargée de verser les droits aux auteurs et éditeurs. »
 
Pour l'année 2019, le montant de la contribution forfaitaire à la charge de l'État se décompose comme suit :

ministère de la Culture : 9 410 000 €
ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'innovation : 1 040 695 €

Le travail des professionnels des bibliothèques, notamment à travers l'action de l'Association des bibliothécaires de France (ABF), porte désormais sur les non-usagers des bibliothèques et les raisons qui expliquent ce désamour. Une récente étude du ministère de la Culture estimait que les non-usagers étaient éloignés du livre, avec de faibles revenus, mais aussi qu'ils ignoraient ce que la bibliothèque pouvait leur offrir...


Commentaires
"En compensation, il [auteur, éditeur, traducteur] perçoit une rémunération et une retraite complémentaire financées par les fournisseurs de livres et l’État."

Par "fournisseurs de livres" on entendra sans doute "libraires"... big surprise

Mais c'est génial ce système : le libraire qui vend à une bibliothèque sait qu'il vendra moins de livres parce qu'ils seront empruntés et lus par des lecteurs qui ne les achèteront pas, mais en plus il doit payer des droits supplémentaires aux auteurs, éditeurs, traducteurs !

Je serais curieuse de savoir quels sont les arguments techniques ou commerciaux en faveur d'un tel fonctionnement...

Les bibliothèques sont à mon humble avis l'avenir réel du livre ainsi qu'une solution au système de cavalerie mis en place par les éditeurs/distributeurs (un livre est fait pour être lu et non seulement pour être vendu), mais si l'approvisionnement des bibliothèques et la juste rémunération des auteurs continuent de déséquilibrer le système, on n'avancera jamais.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.