En 2019, Penguin emménage chez Random House : quitter Manhattan et mourir ?

Clément Solym - 10.08.2016

Edition - Economie - Manhattan Penguin édition - Random House Midtown - déménagement éditeurs groupe


Les personnels de Penguin Random House doivent être ménagés, comme l’indique la note de Markus Dohle, l’actuel PDG. Le grand patron a informé ses équipes d’un déménagement prochain : début 2019, les équipes de Penguin se déplaceront directement dans les bureaux de Random House. Autrement dit, on reste à New York, mais tout de même...

 

Manhattan From Above

Marcela, CC BY 2.0

 

 

Passer de Hudson Street, dans le bas de Manhattan, à l’immeuble situé au 1745 Broadway dans le quartier du Midtown, voici qui attire l’attention. Mais Markus Dohle est, comme toujours, rassurant. Selon lui, cette possibilité représente « une occasion unique et inespérée de nous accueillir tous dans un endroit, avec une réduction considérable de nos dépenses en loyer ».

 

Simple approche économique, donc ? Avec une économie de 20 millions $ annuels « dans un marché de l’édition en constante évolution », la somme n’est pas négligeable. D’autant qu’elle entraînera d’autres gains financiers « pour une réduction significative des coûts, afin de nous rendre plus robustes pour l’avenir et plus en mesure d’investir dans nos auteurs et leurs livres », conclut Markus.

 

Le bâtiment sera donc uniquement occupé par les personnels de PRH, non sans difficulté. En effet, Penguin quitte le centre-ville new-yorkais et Markus Dohle comprend bien que ce déménagement ne sera pas sans peine. « Je ferai tout ce qui est raisonnablement possible pour nous aider à créer de meilleures conditions de travail », garantit le grand patron.

 

Avec un chiffre d’affaires de 3,7 milliards $ réalisé en 2015, Penguin Random House est un géant littéraire, recensant le plus grand nombre de prix Nobel publiés. La croissance entre 2014 et 2015 était de 11,8 %, et la machine de guerre ne semble pas prête à s’enrayer. 

 

Pour sourire

L’édition joue à Star Wars : “Indéniablement une Force qui sert le bien.”

 

 

Or, la fusion des deux structures, Penguin et Random House, doit toujours être mesurée à l’aune de ce que les groupes derrière attendent le moment fatidique. En effet, Pearson, pour Penguin, et Bertelsmann, pour RH, se sont associés à, respectivement, 47 % et 53 % de parts. 

 

Avec l’annonce des résultats de Bertelsmann pour 2015 – 17,1 milliards $, l’idée que Pearson finisse par vendre ses parts à son associé a vu le jour, une fois de plus. C’était en mars dernier, et l’on évoquait alors un rachat pour partie des actifs de Pearson. 

 

Le PDG, Thomas Rabe, avait d’ailleurs déclaré à Reuters qu’il se « sentirait bien » avec 70 à 75 % de Penguin Random House en poche. Logiquement, rien ne devrait arriver avant 2017, autrement dit après-demain. Et si le déménagement des salariés se fait pour des raisons économiques, vers les locaux de Random House, les hypothèses sont au mieux relancées, au pire... passablement confirmées. 

 

D’ailleurs, dès novembre 2015, on annonçait, sans confirmation aucune, que Bertelsmann cherchait de l’argent pour racheter partie ou totalité de Penguin Random House. Le monstre PRH pèse 15.000 nouveautés chaque année et 10.000 employés à travers le monde.

 

Comme Pearson s’est de plus en plus spécialisé dans le monde de l’éducation, la littérature ne l’intéresserait que de moins en moins. Ses 47 % dans PRH pèsent à ce titre 2 milliards €, globalement, mais les analystes se demandent surtout si la firme va vendre l’ensemble de ses parts, ou juste quelques éléments. 

 

En tout, plus de 2400 employés de la société PRH occuperont les locaux, une fois le déménagement achevé. Mais pas avant 2019 : bien des choses pourraient être concrétisées avant cette date.

 

Ce type de démagement n’est pas un privilège américain : les groupes La Martinière, Bayard ou encore Hachette Livre ont tous quitté la capitale pour s’installer à proximité du périphérique. Symbolique, mais parfois douloureux, ce déplacement hors de la capitale semble inexorable...

 

via WSJ