medias

En 90, un éditeur refusait le livre d'une femme sur “son” affaire Matzneff

Nicolas Gary - 11.01.2020

Edition - Les maisons - Vanessa Springora Consentement - Gabriel Matzneff


Quand on entend dans certains milieux, littéraires et parisiens, que Matzneff pourrait n’avoir pas fait autant de victimes qu’envisagé, on se contient d’exploser. Surtout quand l’argument déployé consiste à clamer que l’on aurait certainement entendu bien plus tôt la parole desdites victimes. À ce titre, les révélations du Parisien démangent autant que dérangent. 

photo d'illustration - pixabay licence


 
Selon le quotidien, la maison Grasset, qui vient de publier le livre témoignage de Vanessa Springora, aurait refusé un manuscrit dans les années 90. Lequel racontait les relations d’une femme alors adolescente, autre victime de Gabriel Matzneff. Celle-ci serait d’ailleurs tombée enceinte, devant passer par un avortement. 

Or, avant la loi Veil sur l’IVG de 1975, les méthodes relevaient plutôt de la boucherie expérimentale. Comme cela pouvait se produire, l’avortement se déroule mal, et l’adolescente en devient stérile. 

Si Vanessa Springora assure dans son livre, Le consentement, être parvenue à dépasser ce qu’elle avait vécu, il en était allé autrement de l’autrice de l’ouvrage proposé à Grasset. Le Parisien affirme que Jean-Claude Fasquelle, alors à la tête de la maison aurait « renvoyé aux oubliettes » ledit livre.

Depuis 2000, c’est Olivier Nora qui a les commandes de cette filiale d’Hachette Livre, et a donc validé la parution du livre de Vanessa Springora. 

 

La valeur littéraire qui fait la publication


Pourquoi pas jadis et naguère oui ? Surtout, insiste l’article, que le livre avait été accepté par une éditrice de Grasset. Olivier Nora, qui dans un premier temps avait refusé de s’exprimer, assure cependant à l’AFP qu’il ne lui est pas possible de confirmer ni infirmer l’information. Et ce parce qu’il ne possède pas « d’archives des comités de lecture de Grasset dans les années 90 ».

Par ailleurs, il préfère mettre en garde : tout refus n’est pas une tentative de censure, idée qui relèverait d’une « interprétation malveillante ». Selon lui seule la « qualité intrinsèque des textes » leur permet d’être publiés. Ainsi, « imaginer que chaque manuscrit aimé par un éditeur de la maison et néanmoins refusé par un comité de lecture ou par le patron ne peut l’avoir été que pour des raisons inavouables est tout à fait grotesque ».

Et d’évoquer sa propre expérience, qui le conduit à quotidiennement refuser des manuscrits, sans que l’on puisse parler de censure. « S’il suffisait de se voir refuser une publication pour avoir du talent, cela se saurait », conclut-il. 

Encore faudrait-il savoir ce que contenait ledit ouvrage, évidemment, pour en tirer la moindre conclusion. 

Gabriel Matzneff, qui fait l’objet d’une série de révélations dans le livre Le consentement, a été lâché progressivement par plusieurs de ses éditeurs – Gallimard, La Table ronde, Léo Scheer et dernièrement Stock, autre filiale d’Hachette Livre. 

En parallèle, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour viol sur mineurs de moins de 15 ans, impliquant évidemment l’écrivain. À ce titre, les éditions Gallimard auraient eu la visite de la police, ce 8 janvier au matin, dans le cadre d’une perquisition. Il s’agissait pour les enquêteurs de récupérer des manuscrits, retirés de la vente par l’éditeur.
 

Non dénonciation de crime ?


Cependant, plusieurs juristes proches de la rédaction s’interrogent désormais sur l’idée de non-dénonciation de crimes, conformément à l’article 434 du Code pénal. « Il existe un délai de prescription, de trois ans, mais on peut s’interroger à double titre : d’une part sur la responsabilité juridique et morale d’un éditeur qui aurait publié récemment les écrits de Matzneff. » En effet, ayant présenté ses différents Journaux comme pétris de véracité, l’auteur relatait bel et bien des actes relevant de la pédophilie.

« Mais également sur celle d’une maison qui, alertée dans un texte sur des violences commises, n’aurait pas non plus réagi. La notion de lanceur d’alerte n’est pas bien loin. »

Un éditeur nous rétorque qu’il « n’est humainement pas possible de mener une enquête sur tout ouvrage, à clef — dont la réalité serait masquée, mais basée sur des faits démontrables — que nous recevrions ». Tout en reconnaissant qu’il se montrerait certainement plus vigilant aujourd’hui que l’édition n’a pu l’être à une autre époque. O tempora, ô mores, donc…

Pour autant, nous indique une avocate, la piste de la non-dénonciation se heurte à deux volets : « Encore faut-il démontrer qu’il y ait eu crime (viol) et non délit (agression sexuelle). Et la question du consentement revient encore. Dans le cas d’une mineure de 15 ans qui serait consentante, avec toute la prudence que cela implique, en l’absence de violence, ne serait retenue que l’atteinte sexuelle. »

Autrement dit, une infraction, qui relève bien du délit, tout de même passible de 7 ans d’emprisonnement et 100.000 € d’amende…
 

Au-dessus de la foule


On retrouvera avec un certain effroi ses écrits tirés de Le Taureau de Phalaris, livre paru en 1987, qui se présente comme un dictionnaire philosophique – allusion également au taureau d’airain, instrument de torture de la Grèce antique. Cette construction, creuse, permettait d’enferme un supplicié, et l’on portait alors au rouge le métal en allumant un feu… Ambiance. 

À l’entrée Inflexible, voici ce que Matzneff raconte : 
 

Un esprit libre s'attire nécessairement l'hostilité des plus médiocres d'entre ses contemporains. Il doit néanmoins tenir bon, et demeurer véridique, donc naturel. Il ne doit pas avoir peur de ses singularités, de ses passions, de ce qui fait de lui un suspect. Il doit oser être supérieur à l'approbation. Certes, cela peut se terminer par la prison, l'asile ou la balle dans la tête.
Mais comme, de toute manière, il lui faudra mourir un jour, il aurait bien tort, aussi longtemps qu'il est en vie, de ne pas vivre la vie qu'il a envie de vivre, de ne pas aimer les êtres qu'il a envie d'aimer, de ne pas écrire les livres qu'il a envie d'écrire. Sur tous ces points, et quels que soient les obstacles qu'il ait à surmonter, un libre esprit doit être inflexible.



Ambiance…


Commentaires
Il faudrait surtout encourager les victimes à voir un avocat qui les aide à porter plainte. Si une affaire est grave, penser que sa résolution viendra par un livre est délirant. Ne pas prévenir les autorités, ne pas aller jusqu'au procès, c'est laisser un prédateur faire d'autres victimes, c'est aussi irresponsable que de quitter les lieux d'un incendie sans donner l'alerte, même si on a été soi-même brûlé.



Et envoyer le manuscrit à un seul éditeur n'est pas raisonnable.



Enfin, l'article du Parisien ni celui-ci ne permettent de savoir si l'intéressé était nommé dans le manuscrit.
Oui, c'est précisément ce que j'ai relevé : "Encore faudrait-il savoir ce que contenait ledit ouvrage, évidemment, pour en tirer la moindre conclusion."
malheureusement aussi loin que cela remonte dans ma mémoire de dame âgée, je me souviens que les jeunes filles ne voulaient pas lire ces livres ignobles;par contre le commerce de ce genre de livre est rapporte gros aux éditeurs ; on se voile la face derrière la qualité imaginaire et programmée de tels ouvrages, et on fait passer dans les milieux adéquats c'est tout. L'évolution des droits de la personne font que désormais ils se montrent, je dis bien montrent un peu plus vigilants,pour leur image de marque mais Mazneff lui, reste dans son appart de la ville de Paris, avec l'argent accumulé sur ses crimes et son cynisme affiché!On brûlait les sorcières sur la place publique jadis et sans descendre à ce niveau, que devrait-on faire d'un monstre qui s'en prévaut? Toutes ces victimes mortes de douleur me bouleversent d'autant plus qu'elles ont porté leur plaie toute leur vie jusqu'à leur mort tête basse. Complicité sociétale!
Les détraqués sont encensés dans l’édition. Quand on sait qu'aujourd'hui des éditeurs republient Sade, on se pose une tonne de questions. Et ce n'est pas un hasard, il est en pub sur la page d'accueil de ma liseuse. Le bon Louis XVI, le meilleur Roi que nous n’ayons jamais eu, l’avait mis en prison. Il a été libéré de la Bastille par les pseudo-révolutionnaires démocrates-communistes qui ont dévasté la France en 1789 et mis juge d’un tribunal tout autant pseudo-révolutionnaire. Livre de chevet de ceux qui nous veulent du bien, descendants de ces horreurs?
Dans ce débat, comme dans d'autres, les mensonges et les hypocrisies surgissent comme des fleurs dangereuses. Nombreux sont les lecteurs qui ont refusé de lire GM, érigé en grand écrivain par la Quinzaine littéraire, le Magazine littéraire etc. en raison même des abus sexuels qu'il célébrait dans sa littérature. Les responsables de tout ce gâchis sont les éditeurs, les journalistes, et les regrets ou excuses de B. Pivot illustrent bien l'hypocrisie qui sévit dans les cénacles littéraires germanopratin. Mais il faut remettre le Droit au premier plan. Cette vindicte qui se propage est dangereuse. La justice doit reprendre ses droits. Ne nous transformons pas nous-mêmes en juge de nos voisins ! Alors que la parole des femmes pour la première fois semble être écoutée, alors que les abus sexuels sont enfin criminalisés ou en passe de l'être, il faut construire ce nouveau rapport homme/femme dans lesquels les hommes ne sont pas tous associés à l'image d'un prédateur. Enfin le livre de VS Le Consentement met en lumière des comportements individuels, notamment le haut niveau de perversion d'un adulte de 50 ans, mais aussi la fragilité d'une adolescente et le rôle très complexe des parents face à la sexualité de leur enfant. On touche dans ce cas à des questions si intimes que la publication d'un livre ne suffit pas.
Je suis tout à fait de votre avis. les livres de beaucoup d'auteurs ont acquis la célébrité par l'aisance avec laquelle ils dévoilaient leurs perversions? et par le cynisme avec lequel ils interprétaient en consentement la passivité de leurs victimes, prenant pour une admiration béate leur sidération.

Je crois qu'ils présentaient plus un ego surdimensionné plus qu'une libido désaxée.Ils s'admiraient tant eux-même qu'ils n'imaginaient pas qu'on put les dédaigner, voire mourir de peur de dire non à un si grand homme autoproclamé
Témoignage sur la façon dont je mets fin à mes soucis financiers



Bonjour à tous, Nous accordons des prêts aux particuliers, aux entreprises et aux institutions coopérantes Je suis Mme Cassie Zion. J'habite en Ohio et je suis une mère heureuse aujourd'hui, je tiens à remercier M. Lake Bell pour les offres de prêt, un homme qui craint Dieu .contactez-le via: lakebell256@gmail.com



Sincères salutations gulp rolleyes
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.