"En Afrique, les gens ont du mal à se faire éditer" (Mâwa Kiese)

Nicolas Gary - 02.10.2014

Edition - International - journée manuscrit - francophonie livre - édition Dakar


L'Organisation internationale de la francophonie accueillait ce matin les Éditions du Net, qui présentaient leur deuxième édition de la Journée du manuscrit. Cette année, l'événement se déplace jusqu'à Dakar, et Henri Mojon, était avec Mawawa Mâwa Kiese, directeur des éditions Paari, qui interviendront comme éditeur des ouvrages retenus. Le pari d'offrir 100 exemplaires à 10 auteurs, qui guidait l'édition 2013, prend également une nouvelle ampleur : cette fois, ce sont 30 auteurs francophones qui profiteront de cette manne. 

 

 

Henri Mojon (Éditions du Net) et Mawawa Mâwa Kiese (Éditions Paari)

 

 

« L'an passé, la Journée du Manuscrit avait donné lieu à une soirée euphorique, qui fut exceptionnelle. Les auteurs ont reçu en mains propres leur exemplaire papier », précise Henri Mojon. « C'est d'ailleurs à la suite de cet événement que nous avons réfléchi à un prolongement, qui a pris la forme de l'Académie Balzac. Cette dernière, qui réunit 20 auteurs, filmés au sein d'un château, situé en Charente, a créé une émulation dans toute la francophonie, avec 28 nationalités représentées. »

 

En plaçant, cette année, la Journée du Manuscrit francophonie, c'est également un clin d'œil : le sommet de la Francophonie se déroulera à Dakar au mois de novembre. « L'an prochain, nous serons à Abidjan, après avoir été cordialement invités par le ministre de la Culture de Côte d'Ivoire, Maurice Bandaman, qui est le parrain de l'édition 2014. Cela démontre également l'intérêt de l'ensemble des francophones pour cette manifestation, qui doit son origine à la fête de la musique – et il faut lui rendre cet honneur. » 

 

La JdM se présente comme un vecteur de démocratisation de l'accès à la publication pour tous. Au travers de la plateforme des Éditions du Net, qui offre une solution d'impression à la demande, l'absence de stock permet une plus grande flexibilité – et l'ISBN facilite les commandes à travers le monde entier. « C'est un enjeu économique, culturel et politique de premier plan, et parmi les actions destinées à favoriser ce mouvement, M. Bandaman a évoqué la création d'un Centre Francophone du Livre, calqué sur le CNL. Ce dernier aurait pour mission d'aider directement les auteurs, les libraires et les éditeurs, afin de fluidifier les échanges internationaux. »

 

ActuaLitté avait évoqué ce projet, dans ses colonnes, en marge d'un entretien avec le ministre de la Culture de Côte d'Ivoire.  

« Notre idée serait d'initier la création d'un Centre francophone du livre, qui, à l'instar du Centre national du livre en France, serait à même d'apporter des aides directes aux auteurs, aux éditeurs, aux libraires, sur le marché de la francophonie. Une pareille institution devrait conserver une totale indépendance vis-à-vis de la chose politique, et, à cette fin, une mission a été confiée à différentes personnes, à même de viabiliser le projet, de sorte que le Centre francophone du livre dispose de ressources pérennes et récurrentes. » (voir notre actualitté)

La JdM, qui a fortement mobilisé les francophones, et plus spécifiquement encore, l'Afrique du Nord, l'Algérie tout particulièrement, « représente une occasion unique de se rencontrer et d'échanger. C'est également un tremplin pour les auteurs, vers les maisons d'édition », insiste Henri Mojon. Mawawa Mawa Kiese, des éditions Paari, sera, à ce titre, l'opérateur local, permettant de faire le lien pour donner une pleine ampleur à l'opération. « Notre intervention va se focaliser sur le livre francophone. Cette diffusion numérique des fichiers, que l'on imprime sur place, c'est l'évolution logique de tout ce que l'écriture a su apporter. »

 

Et d'ajouter : « Nous savons qu'en Afrique, les gens ont du mal à se faire éditer. Nous recevons beaucoup de manuscrits, mais nous ne disposons pas des moyens pour les faire lire et les publier tous. Il est temps qu'au niveau de l'Afrique francophone, nous puissions nous donner les moyens d'avoir une véritable industrie du livre. » L'éditeur mettra donc à la disposition des Éditions du Net toute son expérience et son expertise. « Nous allons essayer d'être présents partout, et de référencer les livres, détenteurs de savoirs, pour les mettre à la disposition de tous. »

 

Pour cette deuxième édition de la Journée du Manuscrit francophonie, plus d'une centaine de manuscrits a été reçue par les Éditions du net. « Nous avons la capacité à répondre à la promesse faite, mais il faudra que nous trouvions des forces pour continuer la route et nous étendre sur les pays francophones, pour l'édition numérique. » Les dépôts de livre peuvent s'effectuer jusqu'au 15 octobre à cette adresse. Chaque auteur participant à la soirée du 24 octobre 2014 recevra un exemplaire papier de son livre en main propre.

 

Retrouver l'interview de Maurice Bandaman, ministre de la Culture de Côte d'Ivoire.