En Cisjordanie occupée, une librairie résiste

Laure Besnier - 05.01.2018

Edition - Librairies - Librairie Cisjordanie - Conflit Israélo-palestinien - Librairie résiste


En Cisjordanie occupée, la plus ancienne librairie de Ramallah, créée en 1952, après avoir survécu aux guerres israélo-arabes et à deux intifada, selon ses gérants, doit maintenant résister à l’occupation israélienne et à la crise qui touche l'industrie du livre

 

Ramallah, Ralf Lotys, CC BY 3.0



La librairie Al-Jubeh est dirigée par Taisir et Marwan Jubeh et sont tous deux les fils du fondateur de la boutique. Les frères racontent à RFI  l’histoire de la librairie située non loin de la place Al-Manara « le centre névralgique du siège de l’Autorité palestinienne ».

 

En 1948, l’État d’Israël est créé. Peu après, la famille Jubeh décide d’ouvrir un kiosque à journaux à Ramallah, village de Cisjordanie, à quelques kilomètres de Jérusalem où ils habitaient auparavant. 

 

La création se transforme en librairie. Ils vendent de tout, et surtout en arabe. Très vite, elle est surnommée la « librairie rouge » car sur des étagères au fond de la boutique « il n’y avait que des livres russes et marxistes, tous interdits par l’armée israélienne. Et, pour ne pas se les faire saisir, on les recouvrait de fausses premières de couverture ; parfois, il faut être plus intelligents qu’eux » explique Taisir Jubeh. 

 

Aujourd’hui, au fond de la librairie, on trouve des essais politiques et historiques contemporains.  « Les Palestiniens ont toujours aimé lire : les journaux, les essais, les romans, sans oublier la poésie… Le savoir, c’est une forme de résistance » raconte le libraire. Le taux d’alphabétisation est en effet élevé (selon l’ONU, 94,5% des femmes et 98,5% des hommes en 2016). 

 

Les lecteurs sont attirés par les lectures historiques et ce sont les meilleures ventes de la librairie Jubeh. Une raison que Taisir explique ainsi : « L’histoire de la Palestine est occultée, c’est pour ça qu’elle est si importante pour nous et alors qu’il y a une "normalisation" du conflit israélo-palestinien, nous avons le devoir de transmettre cette histoire aux générations futures ». 

 

Les prix des livres proposés par les frères Jubeh sont entre 4 et 7 euros. On y trouve les ouvrages de la nouvelle génération des écrivains palestiniens qui racontent le conflit et l’exil. 

 

Ce genre de littérature est imprimée en Jordanie, en général. Pour arriver en Palestine, il faut passer un poste-frontière, le pont Allenby, contrôlé par l’armée israélienne. « Parfois les caisses de livres sont confisquées par l’armée, alors des gens n’amènent ici qu’une copie pour les imprimer ensuite sur place. Nous essayons toujours d’être plus intelligents qu’eux car nous vivons toujours sous occupation » explique le libraire. Cette impression à domicile réduit forcément les bénéfices de la librairie. 

 

Malgré tout, une crise touche l’industrie du livre. Les Palestiniens ont de plus en plus tendance à préférer les livres numériques aux livres imprimés. Aussi, afin de pouvoir garder la librairie ouverte, les deux libraires ont décidé d’agrandir le rayon papeterie du magasin, qui marche toujours auprès des clients. « Même les universités ne demandent plus à leurs étudiants d’acheter des manuels » constate Taisir Jubeh. Ce dernier a dû se reconvertir en chauffeur de taxi il y a trois ans et épaule Marwan dès qu’il le peut. 

 

«Tout le monde nous conseille de nous reconvertir mais, même si nous ne vendons plus un seul livre, nous resterons ouverts ». conclut Taisir Jubeh.

Via RFI

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.