En Espagne, une statue en pâte d'amandes pour rendre hommage à Cervantes

Joséphine Leroy - 26.04.2016

Edition - International - Cervantes Shakespeare hommage - Cervantes Don Quichotte - Cervantes Espagne massepain


À Toledo, ville espagnole dans laquelle l’auteur a vécu pendant quelque temps, une statue géante de Cervantes fabriquée en pâte d'amandes a été érigée pour le 400e anniversaire de sa mort. L’Espagne rendra de nouveau hommage au monument de la littérature espagnole ce samedi, pour la cérémonie annuelle du Prix Miguel Cervantes. Cette année, le prix sera remis par le Premier ministre. 

 

Cervantes

(photo d'illustration, José María Mateos /  CC BY 2.0)

 

 

L’Espagne est d’humeur festive. Les commémorations pour célébrer la mémoire de Cervantes envahissent tout l’espace médiatique et culturel : en plus de la statue en pâte d'amandes et du Prix Cervantes, le Top Chef espagnol dédiera une de ses émissions à l’auteur de Don Quichotte. Les challengers devront faire preuve de créativité en préparant des plats présents dans le livre. Quant aux écoliers de la ville d’Alcala de Henares, près de Madrid, ils écriront la troisième partie de Don Quichotte, complétant ainsi les deux tomes publiés par Cervantes en 1605 puis en 1615. 

 

Chose rare pour l’époque, l’ouvrage de Cervantes a rencontré un succès dès sa publication. Il est devenu le livre le plus traduit au monde après La Bible. Don Quichotte s’est transformé en archétype, celui du rêveur aux grands idéaux qui se plonge tête baissée dans son imaginaire et s’autoproclame justicier. Avant la publication de son œuvre, Cervantes doutait de son talent littéraire. Son œuvre a démenti ce doute puisque, des siècles après, elle s’inscrit dans les programmes scolaires et ne cesse de se vendre à travers le monde. 

 

Cette réussite presque instantanée n’éclipse pas les déboires dans la vie de l’auteur. Jeune homme, il est félicité pour sa bravoure dans la Bataille de Lépante, lors de laquelle il a perdu l’usage de sa main gauche. À son retour, le bateau sur lequel il se trouve est embusqué par les pirates et il est vendu comme esclave à Alger. Après cinq ans de captivité, il retourne en Espagne, traumatisé. Son mariage est un échec. Il a été excommunié pour avoir pris le maïs de l’Église.

 

En 1590, il demande à être accueilli dans ce qui formait alors le Nouveau Monde, un « refuge et un abri pour tous les Espagnols qui ont perdu espoir » et pour les victimes de l’Inquisition. Cervantes a été sèchement renvoyé dans les cordes par ses contacts. Ruiné, il vit avec peu de moyens. Ce n’est que quelques années plus tard que Don Quichotte sera publié. 

 

L’Angleterre et l’Espagne célèbrent donc leurs écrivains qui, par le plus grand des hasards, seraient morts le même jour, le 22 avril 1616. Ce que ces commémorations nous rappellent, c’est que Shakespeare et Cervantes ont vaincu l’oubli et restent haut placés dans le Panthéon mondial des écrivains. 

 

(via The Telegraph