En France, plus d’un jeune sur dix rencontre des difficultés de lecture

Camille Cado - 11.06.2020

Edition - Société - jeune lecture difficulte - illettrisme france chiffre - performance lecture france


Comme chaque année, le ministère de l’Éducation nationale publie une étude sur le niveau de lecture des jeunes Français ayant participé aux tests de français lors de la Journée Défense et Citoyenneté. Les résultats des évaluations de lecture pour l’année 2019 viennent de tomber.
 


À noter qu’en raison de la mise en œuvre d’un nouveau test de lecture en septembre 2019, les résultats ne portent que sur la période allant du mois de janvier au mois d’août 2019.

Comme les années précédentes, les tests effectués lors de la Journée défense et citoyenneté évaluent la performance de chaque participant selon trois critères : la connaissance du vocabulaire, l’automaticité de la lecture, mais aussi les traitements complexes, soit la compréhension de l’écrit.

Selon le rapport publié le 4 juin 2020 par le ministère de l’Éducation nationale, 11,8 % des 496.000 jeunes Français âgés de 16 à 25 ans qui ont participé à la Journée défense et citoyenneté rencontrent des difficultés dans le domaine de la lecture.
 
Selon les critères de l’ANLCI, 5,3 % des jeunes en situation d’illettrisme

L’étude distingue quatre grands profils de lecteurs : 

– Les lecteurs efficaces : 77,3 des jeunes Français testés sont des « lecteurs efficaces ». Ce profil regroupe à la fois les jeunes qui possèdent toutes les compétences nécessaires à la lecture (60,6 %) ainsi que les jeunes qui arrivent à combler leurs lacunes en automaticité pour proposer une lecture fonctionnelle (16,7 %).

– Les lecteurs médiocres : Cette catégorie désigne les adolescents qui malgré quelques difficultés en matière de vocabulaire ou d’automaticité de la lecture bénéficient d’une bonne compréhension des textes écrits. Cela concerne 10,9 % des participants.

– Les lecteurs en très faibles capacités de lecture : Il s’agit de jeunes qui ont un niveau lexical oral correct, mais qui éprouvent des difficultés à comprendre les textes écrits. 6,5 % des jeunes qui ont participé font partie de cette catégorie.

– Les lecteurs en difficultés sévères : Cette catégorie se caractérise par déficit important de vocabulaire et de compréhension de l’écrit. Cela concerne 5,3 % des jeunes testés. Selon les critères de l’ANLCI (Agence nationale de lutte contre l’illettrisme), ils peuvent être considérés en situation d’illettrisme.
 
 
Mayotte : plus de 70 % des jeunes ont des difficultés de lecture

 

Autre donnée intéressante, le niveau de lecture s’avère dépendant du niveau d’études. Ainsi, 49 % des adolescents n’ayant pas été plus loin que le collège sont en difficulté de lecture. Ce chiffre descend à 4,9 % chez les jeunes ayant un bac général ou technologique.

Les pourcentages de jeunes en difficulté de lecture diffèrent également selon le sexe. Globalement, les garçons seraient plus souvent en difficulté que les filles (13,7 % contre 10,1 %).
 


Enfin, le rapport du ministère de l’Éducation nationale met également en lumière les régions où les jeunes sont le plus touchés par des difficultés de lecture. En France Métropolitaine, le nord de la France est plus touché par les difficultés en lecture, notamment l’Aisne, département avec le plus grand taux de jeunes en difficulté : 17,9 %. 

En outre-mer, les pourcentages sont beaucoup plus élevés : autour de 30 % pour la Guadeloupe, la Martinique et La Réunion, 55 % en Guyane et jusqu’à 73 % à Mayotte.

L’étude est à retrouver ci-dessous, en intégralité.



Photographie : pixabay license




Commentaires
Comment faire des statistiques pour sauver le soldat EN...

Je vous propose un test : prenez un « jeune » autour de vous, entre 7 ans et 18 ans et faîtes lui lire un texte de difficulté moyenne à haute voix. Refaite le test avec autant d'échantillons que vous voulez et faites vos propres stats...

Enfin, comparez avec celles de l'EN...

Dans le meilleur des cas, vous trouverez peut-être 10Þ jeunes qui savent lire correctement. Tous les autres en sont incapables...

Et si vous voulez vraiment « rigoler », faîtes-leur faire de l'analyse grammaticale (très basique : un sujet + un verbe + un complément).... et vous comprendrez l'origine du problème.
Il y a aussi le problème de la pratique. La plupart des jeunes ne lisent qu'à l'école, les apprentissages ne sont pas réinvestis à la maison. Comment s'en étonner quand chez beaucoup il n'y a aucun livre à la maison (par contre, des écrans et des objets connectés on en trouve partout) et combien n'ont tout simplement jamais vu leurs parents lire ...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.